Le Kosovo est là, mais où sont ses joueurs ?

le
0
Le Kosovo est là, mais où sont ses joueurs ?
Le Kosovo est là, mais où sont ses joueurs ?

Ce lundi, la sélection du Kosovo écrit une grande page de son histoire en se déplaçant en Finlande, puisqu'il s'agit de son premier match en éliminatoires d'une grande compétition. Pourtant, le flou autour de l'équipe est encore complet.

"Nous avons parlé, et il a dit qu'il ne voulait pas jouer contre son pays natal. C'est une situation compliquée et je respecte sa décision". Hans Backe, le sélectionneur de la Finlande est bien embêté. Son milieu de terrain, Perparim Hetemaj, international depuis 2009, refuse d'être aligné ce lundi soir face au Kosovo. Né à Srbica en 1986, il a encore l'espoir de changer de sélection, et de rejoindre les rangs de la toute nouvelle équipe kosovare. Mais s'il n'en fait pas encore partie, Hetemaj symbolise à lui seul toute la complexité de la sélection kosovare, combative et pleine de bonne volonté, mais également désorganisée et encore à l'état de fœtus. Car à l'heure de disputer ses premiers éliminatoires pour une compétition internationale, le Kosovo ne sait toujours pas quels joueurs pourront défendre ses couleurs.

Toujours pas de stade

Que ce fut long. Dix ans après la première rencontre entre Fadil Vokrri (l'actuel président de la Fédération kosovare) et Sepp Blatter, huit ans après l'indépendance du petit État balkanique, et après deux ans de matchs amicaux autorisés par la FIFA, le Kosovo est désormais un membre à part entière de l'UEFA et de la FIFA. Il a été admis à l'instance européenne le 3 mai dernier, et à l'instance mondiale le 13 mai. Ce qui signifie qu'il peut participer aux éliminatoires de la Coupe du monde 2018. Sauf que le tout jeune pays est encore en chantier. Dès lors, logique que ses infrastructures liées au football le soient aussi. Même si son aventure dans le groupe I commence par un déplacement en Finlande ce lundi, la Fédération ne sera pas prête le 6 octobre prochain pour accueillir la Croatie. Le stade de Pristina ne répond toujours pas aux normes de l'UEFA. Il ne peut donc pas accueillir de rencontres internationales pour le moment. Il devrait être prêt d'ici juin prochain si tout se passe bien. En attendant, le Kosovo devra recevoir en Albanie.

Mais le principal problème n'est pas là. À l'heure actuelle, le Kosovo ne sait même pas quels joueurs vont être susceptibles de composer son effectif dans les mois à venir. Depuis trois ans, Albert Bunjaki, le sélectionneur, sillonne le monde pour convaincre des joueurs d'origine kosovare de rejoindre l'équipe, afin de former quelque chose de cohérent. S'il est allé jusqu'en Russie, en Chine ou même en Malaisie,…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant