Le Klub, ce laboratoire du rire

le
0
Kheiron, artiste d'origine iranienne, est à l'origine du projet du Klub.
Kheiron, artiste d'origine iranienne, est à l'origine du projet du Klub.

N'entre pas au Klub qui veut. Pas de vigile à l'entrée, mais un escalier escarpé menant tout droit au royaume de l'humour. Installée depuis près de deux mois dans la salle du Sentier des Halles à Paris, cette scène atypique accueille la génération de demain. Ce soir-là, elle est représentée par Fary, Donel Jack'sman, Bun Hay Mean (passés par le Jamel Comedy Club), ou encore l'intenable Baptiste Lecaplain. Le but, pour ces artistes, est de tester les sketches de leurs nouveaux spectacles, devant un public préalablement averti de l'enjeu de l'exercice.

Un K qui veut dire Kheiron

Sous l'oeil bienveillant, mais non moins critique de Kheiron - à l'initiative de ce concept -, les humoristes se succèdent sur la scène et se fient à l'applaudimètre pour juger du succès (ou pas) de leurs blagues. Le rire détermine donc si le sketch est conservé, modifié ou tout simplement supprimé. "Bien sûr, ça arrive qu'on fasse un bide. Mais on préfère en faire devant un public restreint, qui sait à l'avance qu'on essaye de nouvelles choses, plutôt que rater une blague devant quatre mille personnes venues voir un spectacle bien rodé", explique Kheiron. La place de l'improvisation est évidemment importante, surtout lorsqu'on sait que la majorité des personnes présentes est allée voir le spectacle de l'humoriste d'origine iranienne, maître absolu de l'interaction avec son public. "Au début, je chauffe la salle pendant 15-20 minutes, et je repère...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant