Le Kazakhstan veut faire revivre la mer d'Aral

le
0
INFOGRAPHIE - La partie nord s'est stabilisée mais la situation des pêcheurs locaux reste précaire.

De notre envoyé spécial à Aralsk.

À en juger par la qualité de son accueil, très soviétique, l'hôtel d'Aralsk n'a pas hébergé de touristes depuis bien longtemps. Les sommiers y sont défoncés, les draps sales et, surtout, le paysage, à travers les fenêtres rafistolées, est saisissant: une rue et des toits ensablés qui, lorsque le vent souffle, plonge la ville dans la pénombre à cinq heures du soir. Les rares habitants qui n'ont pas quitté les lieux se souviennent qu'il y a cinquante ans, les clients de l'hôtel avaient vue sur la mer.

Bien qu'il ne fût jamais un lieu de villégiature privilégié du Kazakhstan soviétique, le bourg était néanmoins animé et il y avait un port. Aujourd'hui, le sel et le sable ont envahi les lieux. À cause des ravages de l'agriculture soviétique à marche forcée, en particulier du coton et du riz, la mer d'Aral a perdu 88% de sa superficie et 90% de son volume. C'est ce paysage austère, d'une beauté désolée, que le gouvernem

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant