Le Kazakhstan veut diversifier son économie

le
0
Vingt ans après son indépendance, célébrée ce week-end, le pays cherche à réduire sa dépendance aux matières premières.

Oust-Kamenogorsk. Le nom évoque la pierre, le minerai. La capitale
du ­Kazakhstan oriental, poste avancé de la steppe sibérienne, avait tout pour ne rester qu'une place forte de l'industrie extractive. Le sous-sol de la région regorge de béryllium, titane, zinc, cuivre, or. Comme toujours au Kazakhstan, pays grand comme cinq fois la France mais peuplé de seulement 16 millions d'habitants,
la ville s'est développée pour exploiter les mines environnantes.

Vingt ans après son indépendance, prise à contrecœur à l'époque, le Kazakhstan devrait entrer dans le top 10 mondial des producteurs de pétrole autour de 2020. Les Kazakhs sont heureux de valoriser leur extraordinaire sous-sol. Pour autant, «plus question de ne produire que des matières premières», assure le gouvernement, qui s'est doté d'un ambitieux programme de diversification
de l'économie. Objectif: éviter la «maladie hollandaise», terme par lequel les économistes décrivent le risque planant sur
...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant