Le Kazakhstan n'exclut pas de réduire sa production de pétrole

le
0

ASTANA/MOSCOU, 9 septembre (Reuters) - Le Kazakhstan pourrait réduire de 10% sa production de pétrole l'an prochain si les cours du brut tombent à 30 dollars le baril, a déclaré mercredi un responsable gouvernemental, ce qui ferait du pays l'un des premiers gros producteurs de pétrole à céder dans la bataille pour les parts de marché que mène l'Opep. Ouzakbaï Karabaline, vice-ministre de l'Energie, a déclaré à la presse qu'en cas de maintien des cours autour de 50 dollars, le Kazakhstan aurait une production de 79 ou 80 millions de tonnes, peu changée par rapport à celle de cette année prévue à 80,5 millions de tonnes. Mais la production reculera à 77 millions de tonnes si le prix moyen recule à 40 dollars, et elle sera réduite à 73 millions dans l'éventualité d'un baril à 30 dollars, a-t-il ajouté. Il n'a pas précisé les raisons de cette éventuelle réduction qui conforterait l'Opep dans sa stratégie de défense de ses parts de marché. L'Organisation des pays exportateurs de pétrole maintient sa production à des niveaux quasi records depuis un an dans l'objectif de décourager les autres producteurs aux coûts d'extraction plus élevés. Le Kazakhstan, pays non membre de l'Opep, a produit l'an dernier environ 1,6 million de barils par jour, soit une production équivalente à celle de l'Angola, le huitième plus important producteur de l'Opep. Les cours du pétrole ont baissé de plus de moitié depuis l'an dernier, sous les 50 dollars le baril, sous l'effet conjugué de la surproduction de l'Opep et de la Russie et du ralentissement de la demande chinoise. Ouzakbaï Karabaline, ancien dirigeant de la compagnie nationale KazMunaiGas, n'a pas précisé comment le Kazakhstan réduirait le cas échéant sa production de brut. (Raushan Nurshayeva et Mariya Gordeyeva, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant