Le juste prix du paquet de cigarettes: 13 euros

le
2

VIDÉO - S'il devait prendre en compte le coût que les fumeurs imposent à la société, le prix du paquet bondirait de 87%, estime un cabinet d'expertise économique.

Seriez-vous prêt à payer 13,07 euros pour un paquet de cigarettes? La question est posée par le cabinet de conseil en économie Microeconomix. Dans une étude dévoilée ce lundi par le Parisien ,ce dernier situe à ce niveau le juste prix du tabac qui prend en compte le coût que l'addiction des fumeurs fait peser sur la société. A 13,07 euros, le paquet vaudrait 6 euros de plus qu'aujourd'hui, soit une hausse du prix de 87%!

Pour en arriver à ce résultat, les deux économistes du cabinet ont comparé les impacts négatifs et positifs du tabac sur la société. Du côté des impacts négatifs, ils situent à environ 16,3 milliards d'euros les dépenses de santé que font peser les fumeurs sur la Sécu. A cela s'ajoutent les 3,3 milliard d'euros impôts non encaissés par l'État suite au décès prématuré des fumeurs, puis les 16 milliards d'euros de pertes de production pour les entreprises (pauses cigarettes, arrêts maladie, décès...). Au total, l'impact négatif est chiffré à 35,6 milliards!

En face, les impacts positifs se composent des 14 milliards d'euros de taxes encaissées par l'État sur les ventes de cigarettes ainsi que les économies de 6,6 milliards d'euros sur les pensions de retraites non versées aux fumeurs décédés trop tôt. Soit un total de 20,6 milliards.

D'après Microeconomix, les fumeurs coûtent donc 15 milliards d'euros à la collectivité. Pour refléter ce coût social, il faudrait donc que le prix des paquets s'élève à 13,07 euros. «Notre principe serait basé sur l'idée du pollueur-payeur», explique l'un des auteurs de l'étude. Cette méthode permettrait par ailleurs à l'État de fixer un prix incontestable. «Aujourd'hui, celui-ci est calculé pour ne fâcher ni les fumeurs, ni les buralistes, tout en envoyant un signal aux associations antitabac», confie ce dernier au Parisien.

Pas sûr que le gouvernement suive un jour cette méthode de calcul, forcément polémique. Ce dernier semble au contraire faire marche arrière sur la question. En fin d'année dernière, face à la fronde des buralistes et des fumeurs, un amendement proposant que la hausse de la fiscalité sur les cigarettes ne soit plus automatique, comme c'était le cas depuis 2010, a été voté. Résultat: aucune hausse des prix du tabac n'était prévue cette année. La ministre de la Santé Marisol Touraine, qui défend en ce moment à l'Assemblée sont projet de loi santé, qui comprend des mesures de prévention comme le paquet neutre, l'a écarté. Le prix du paquet «est déjà très élevé en France, et le choix a été fait de ne pas se concentrer sur cet aspect», a-t-elle affirmé.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paspil le lundi 23 mar 2015 à 16:54

    avec la retraite à 67 ans qui se discute, le salarié fumeur du privé ne coutera bientot plus rien aux regimes des retraites , avec la retraite à 52 ans ou à 57 ans à la sncf ... le resultat est different lol

  • paspil le lundi 23 mar 2015 à 16:23

    et les frais liés à la dependance ... qd la retraite ne suffit pas à couvrir les depenses ... il y a la famille et l'etat ... il me semble un peu partisan le calcul mais bon on a l'habitude ...