Le juge Gentil, Sarkozy et la buanderie de la milliardaire

le
0
Les procès-verbaux de l'audition fleuve de Nicolas Sarkozy, le 21 mars dernier, montre la bataille de détails qui s'est livrée dans le bureau du juge Gentil.

Finalement, la maison Bettencourt n'était sans doute pas si bien tenue que cela. C'est l'un des rares éléments apparaissant à peu près certains à la lecture des PV de l'audition fleuve de Nicolas Sarkozy du 21 mars dernier, qui a donné lieu à sa mise en examen.

Au sein de la résidence de Neuilly, l'emploi du temps des maîtres d'hôtel se module à leur convenance, l'achat d'une paire de chaussures pour Liliane peut occuper une femme de chambre et un chauffeur pendant une durée indéterminée, et le personnel, qui respecte peu son obligation de discrétion, a pour habitude à peine dissimulée de se faire rembourser des indemnités de repas après avoir déjeuné sur place en bénéficiant de l'un des deux «services» spécialement prévus pour les salariés de l'hôtel particulier.

Dans ce contexte, le juge d'...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant