Le journaliste Sydney Schanberg, héros du film «La Déchirure», est mort

le
0
Le journaliste Sydney Schanberg, héros du film «La Déchirure», est mort
Le journaliste Sydney Schanberg, héros du film «La Déchirure», est mort

En 2008, c'est Sydney Schanberg qui annonçait la mort de son ami, le Cambodgien Dith Pran. Le journaliste américain, prix Pulitzer en 1976 s'est éteint à son tour, d'une crise cardiaque, à l'âge de 82 ans, samedi. L'histoire hors du commun de ces deux hommes a inspiré un film poignant, «La Déchirure» sorti en 1984 et qui a marqué une génération de spectateurs.

 

« Un aventurier qui se méfie des autorités »

 

Sydney Schanberg qui travaillait pour le New York Times a raconté la sanglante prise du pouvoir au Cambodge des Khmers rouges, en 1975, alors qu'il était un des rares reporters étrangers encore sur place. Son employeur de l'époque le décrit comme un « correspondant étranger quasi idéal : un aventurier qui prend des risques et se méfie des autorités, ne compte que sur lui-même en zone de guerre et écrit de manière saisissante sur les tyrans politiques et militaires, ainsi que sur la souffrance et la mort des victimes avec la passion d'un témoin de l'histoire ».

 

Un bel hommage à un journaliste qui a tout fait pour retrouver son assistant et ami, Dith Pran, dont il a été séparé après avoir réussi à quitter Phnom Penh pour rejoindre les Etats-Unis. Cette histoire personnelle et cette quête de l'amitié est retracée dans La Déchirure, réalisé par le Franco-Britannique Roland Joffé.

 

L'amitié par-delà l'horreur

 

Une fois revenu à New-York, Sydney Schanberg a aidé la famille de Dith Pran à s'installer aux Etats-Unis, avant de partir à sa recherche. Son assistant parviendra à s'échapper de l'horreur, en gagnant la Thaïlande en 1979. Il retrouvera ensuite ses proches en Amérique et travaillera à son tour au New York Times.

 

Un article publié par Schanberg en 1980 dans le New York Times Magazine est devenu un livre qui a lui-même inspiré le film. Environ 2 millions de personnes sont mortes dans le génocide cambodgien, assassinées ou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant