Le jour où une tête de cochon a marqué le derby de Dublin

le
0
Le jour où une tête de cochon a marqué le derby de Dublin
Le jour où une tête de cochon a marqué le derby de Dublin

Ce vendredi, l'Irlande va vivre le match le plus important de l'année : le derby de Dublin, entre les Bohemians et les Shamrocks Rovers. Une haine farouche oppose les deux principaux clubs de Dublin. En atteste l'opus 2004, où une tête de cochon descend des tribunes pour finir sur la pelouse du Dalymount Park.

Dublin, 16 avril 2004, un jour un peu spécial pour la capitale irlandaise. Car comme deux fois par saison, ce n'est pas le football gaélique qui est à l'honneur, mais le football, le vrai, le soccer comme l'appelle certains Irlandais. Nous sommes en effet un jour de derby, et pas n'importe lequel. Celui qui oppose les deux clubs les plus importants de Dublin. Les Bohemians, qui représentent le nord de la ville, affrontent les Shamrock Rovers, le club du sud. Ou alors le nord de la ville, réputé pour ses problèmes de pauvreté et de trafics de drogue, contre le sud, et ses quartiers où vivent les gens aisés.

"En signant pour les Bohemians, j'étais sûr que je pourrais nourrir ma famille à la fin du mois."


De plus, le derby va se jouer dans une atmosphère particulière. Quelques semaines plus tôt, à la fin du mois de février plus précisément, deux des meilleurs joueurs des Shamrock, James Keddy et Tony Grant, ont quitté le club pour rejoindre les Bohemians. " C'était un temps vraiment difficile pour le club..., soupire Justin, supporter des Shamrock. On avait des gros problèmes financiers, on était tout proche de déposer le bilan, on savait qu'on allait devoir vendre des joueurs. " Mais les supporters ne s'attendaient absolument pas à la vente de deux de leurs " Chouchous ". " James Keddy était un très bon joueur, on l'aimait beaucoup. Mais ce qui nous a fait basculer c'est la vente de Tony Grant. C'était notre meilleur joueur mais bien plus que ça ! Il nous donnait du bonheur, une identité, et on était sûr qu'avec lui on allait connaître des jours meilleurs ", explique Yann (le prénom a été changé), supporter des Shamrock. " Quand on a appris ça, on était juste déçus et vexés, franchement c'était dur ", ajoute Justin.

On a testé pour vous le football gaélique
La décision n'a pas été facile à prendre pour les deux joueurs concernés également. " Les Shamrock ? C'est les quatre plus belles saisons de ma carrière, je jouais à mon meilleur niveau, on a gagné des titres, j'avais une relation particulière avec les supporters, j'ai marqué dans pas mal de derby. La décision a été très difficile à…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant