Le jour où Ronaldinho a marché sur Bordeaux

le
0
Le jour où Ronaldinho a marché sur Bordeaux
Le jour où Ronaldinho a marché sur Bordeaux

Ce n'est pas la première fois que Parisiens et Bordelais se rencontrent en Coupe de France. En 2003, les deux équipes jouaient une place en finale. Mais ce soir-là, Ronaldinho avait décidé d'envoyer les siens au Stade de France, tout en talent et insolence.

Le football est inondé d'expressions déjà faites visant à résumer un match en une phrase. Dans cette noria de n'importe quoi, l'adage " Il a gagné un match tout seul " est souvent dans le peloton de tête. Pourtant, de temps en temps, ce raccourci de langage sied à merveille à un joueur. C'est le cas pour Ronaldinho le soir du 27 avril 2003. Le numéro 10 du PSG va littéralement danser sur le ventre des Girondins de Bordeaux en demi-finale de Coupe de France (2-0). Deux éclairs pour deux buts géniaux à la 22e et la 80e minute du match. Marc Planus s'en souvient encore, lui qui se fait dévorer sur le premier but du Brésilien

Drôle quand on se souvient du contexte chaotique dans lequel le PSG a préparé son match. Une semaine avant la réception de Bordeaux, le club de la capitale s'enlise à Nantes en Ligue 1 (1-1). Sur le banc de touche, Luis Fernandez a la bonne idée de sortir Ronaldinho à la 75e minute de jeu. À ce moment, le numéro 10 fait semblant de ne pas comprendre qu'il doit sortir et s'apprête à tirer un coup franc. Finalement, il sort en marchant et déverse sa colère sur ceux qui osent croiser son regard. Naturellement, Luis Fernandez se fait tailler un costard devant les caméras de télévision. Jean-Louis Gasset, déjà dans le coup, tente de sauver les apparences avec le joueur. Peine perdue. Entre l'entraîneur et la star, le courant ne passe pas. Il n'est jamais passé. Dans les couloirs de la Beaujoire, Luis s'explique comme il peut : "Il était mécontent ? Je ne sais pas, je n'ai rien vu. J'étais en train d'expliquer son rôle à Aloísio. Je suis l'entraîneur, c'est moi qui décide. Ronaldinho a tenté des choses, mais il semblait moins inspiré que d'habitude. Peut-être qu'il avait déjà en tête le match de Bordeaux, j'ai donc voulu le préserver..." Entre les lignes, Fernandez formule toujours la même critique envers son meneur de jeu : celui de choisir ses matchs. Plus les télévisions sont présentes, plus le joueur est bon.
Une ambiance lourde et deux folies
Plus tard dans la soirée, Fernandez en remet une couche sur TPS qui, à l'époque, retransmettait la Ligue 1 : "Quand Ronaldinho est revenu vers le banc, il disait qu'il se sentait bien, qu'il pouvait marquer. Mais il s'adressait à tous, pas seulement à l'entraîneur. Et puis, je ne vais pas sortir tout le monde dans la saison sauf Ronaldinho." Ambiance scandale, danse de vandales. La...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant