Le jour où… PSG/Caen a changé le Parc des Princes

le
0
Le jour où… PSG/Caen a changé le Parc des Princes
Le jour où… PSG/Caen a changé le Parc des Princes

C'était le 28 août 1993. Le PSG recevait Caen au Parc des Princes. Un match banal comme l'enceinte de la porte de Saint-Cloud en a tellement connu. Sauf que ce jour-là, le Kop de Boulogne va se réveiller. Avec force. Des CRS y prennent des coups dans la gueule en 16/9. Bilan des courses : des images qui vont marquer et un tournant dans l'histoire du Parc.

Une autre époque. Celle où les sweats Umbro fleurissaient dans les travées du Kop de Boulogne. Un KOB qui n'avait d'ailleurs pas de sièges, mais des marches. Celles qui rendaient les fameuses " descentes " mémorables à chaque but du PSG. En août 1993, le club entraîné par Artur Jorge ne sait pas encore qu'il va être sacré champion de France dix mois plus tard. La France ne sait pas non plus que sa politique en matière de répression du hooliganisme va connaître une sacrée évolution en moins de 4 mois. La raison ? PSG-Caen, 28 août 1993. Et comme en France, on aime agir dans la précipitation, ce match et tout ce qui va s'y produire vont complètement bouleverser le Parc des Princes et le KOB. Pour comprendre les incidents qui vont largement émailler ce match, il faut se remettre dans le contexte parisien de l'époque. Les hools parisiens sortent d'une année charnière. En gros, certains matchs ont fait leur entrée dans le panthéon de la violence : Salonique, Anderlecht, Juventus, Marseille. On est au cœur de ce qu'on peut communément appeler l'âge d'or du hooliganisme de Paname. Pour endiguer ce phénomène, le club parisien a décidé de fermer l'étage supérieur de Boulogne en ce début de saison, officiellement pour des vibrations suspectes détectées lors de la finale de la Coupe de France contre Nantes. Officieusement, le club essaie de contrôler ses éléments les plus perturbateurs. Une direction qui ne sait plus comment apaiser ses tribunes et arrêter les déferlantes racistes qui gangrènent parfois son stade et ses abords. Le virage Auteuil, créé en partie par le club dans le but d'endiguer la montée en puissance du KOB, en est encore à ses balbutiements.

Pour la réception de Caen, seule la tribune basse – sans siège – est donc ouverte. Mois d'août oblige, les rangs du KOB sont clairsemés. Comme d'habitude, on s'amuse à l'ancienne : pogos, charges, chants graveleux, etc. Au milieu des spectateurs du KOB, des CRS. Au cœur de la première période, une petite poignée de supporters tente – et réussit – de pénétrer sur la pelouse en enjambant la fosse qui sépare la tribune du terrain, le tout sous le regard des forces de l'ordre. Pas d'envahissement de terrain ou de violence, juste une pompe jetée sur la pelouse qu'il faut aller récupérer. L'opération " chaussure " est un succès puisque la godasse et son propriétaire sont de retour au sein de Boulogne en moins de 30 secondes. Surréaliste. Le retour au milieu de Boulogne déclenche pourtant...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant