Le jour où Petit Pirlo a brillé lors d'un Euro espoirs

le
0

À trente-six ans, Andrea Pirlo continue toujours de jouer les chefs d'orchestre et de distiller ses caviars sous le maillot de la Nazionale. Une habitude prise très tôt, dès l'Euro espoirs avec la sélection italienne en 2000. Il y a quinze ans, l'actuel Bianconero illuminait le championnat d'Europe de son élégance et offrait le titre à son pays. Retour sur une période où le beau et jeune Andrea n'était pas encore barbu, mais déjà différent des autres.

4 juin 2000. Le Tehelné pole de Bratislava est bouillant. Pour cause, les supporters tchèques ont effectué le court déplacement en masse, pour garnir les quelque 30 000 places du deuxième plus grand stade slovaque. Un jeune homme va calmer leurs ardeurs, à lui seul ou presque. Il n'est pas encore le Metronomo bresciano - tout du moins n'ose-t-on pas encore l'appeler ainsi -, mais son instrument de prédilection est déjà réglé comme du papier à musique. Un pied droit merveilleux dont les plus belles notes ne demandent qu'à sortir. Il ne le sait peut-être pas encore, alors qu'il vient de fêter ses 21 ans, mais Andrea Pirlo écrit les premières lignes de sa symphonie. L'Italie est pourtant dominée en finale de cet euro Espoirs par la République tchèque. Malgré l'ouverture du score, sur penalty, de leur génial meneur de jeu, les Azzurrini souffrent et ont logiquement concédé l'égalisation. Christian Abbiati, dernier rempart de cette Nazionale U21, doit même s'employer à plusieurs reprises pour maintenir les siens à hauteur.

Seulement, le numéro 10 azzurro va enfiler son plus beau costume : celui du sauveur de la nation. À dix minutes du terme de la rencontre, l'arbitre suédois Karl-Erik Nilsson accorde un coup franc, à environ 30 mètres des cages adverses, aux hommes de Marco Tardelli. On pense à un tir puissant de Roberto Baronio, mais il laisse place à son coéquipier - aussi bien en club à la Reggina cette saison-là qu'en sélection - et ami. Pirlo ne lui fait pas regretter. Même démarche qu'aujourd'hui, pour la même précision. La trajectoire est parfaite, la frappe millimétrée, le ballon imparable. Andrea peut courir vers son banc, dans une effusion de joie qui rappelle celle mythique de son coach en 1982. L'Italie s'impose 2-1 et est championne d'Europe Espoirs pour la quatrième fois en huit ans et cinq éditions.

Destiné à briller


Pirlo se hisse sur le toit du Vieux Continent, mais n'est pas un vulgaire inconnu. Au pays, il peut déjà se targuer de jouir d'un solide crédit. Formé à Brescia où il intègre le groupe professionnel à quinze piges, dès 1994, l'enfant béni de Flero en Lombardie ne tarde pas à éveiller…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant