Le jour où Pauleta a martyrisé Bordeaux

le
0
Le jour où Pauleta a martyrisé Bordeaux
Le jour où Pauleta a martyrisé Bordeaux

Au PSG, on aimait bien souffrir. Dans les travées du Parc des Princes, on avait des théoriciens. Des éclairés. Souvent, quand un ancien quittait la capitale et qu'il revenait avec son nouveau maillot, il marquait. Laspalles, Maurice, Loko, Fiorèse, Cana ou Mevlüt Erding connaissent parfaitement cette théorie. Sauf qu'en avril 2006, c'est l'effet inverse. Pauleta, girondin de cœur, mais parisien de contrat, se joue de la défense bordelaise par trois fois en une mi-temps.

Pour l'instant, le patron, c'est lui. Avec 109 buts, Pedro Miguel Pauleta est encore le meilleur buteur de l'histoire du PSG. Zlatan Ibrahimović en est à 106. Autant dire que c'est une question de temps. Alors autant en profiter tant que l'aigle est en vol stationnaire. Sur ses 109 caramels, Pauleta en a distribué trois le même soir. C'était un dimanche d'avril 2006. Le 2, exactement. Ce soir-là, France 2 diffusait un Faites entrer l'accusé consacré aux Frères Jourdain. Un must. Pour ceux qui ont préféré regarder ailleurs, le Parc des Princes accueillait la rencontre PSG-Bordeaux.

Un centre de Mendy, classique


Ce 2 avril, il fait bon. Doux. Ricardo est de retour au Parc des Princes, mais sur le banc des Girondins. Et ça marche plutôt bien en cette année 2006 avec une place de dauphin de l'OL et aucune défaite en championnat depuis le 1er janvier. Tout l'inverse du PSG qui tousse. Comme d'habitude, serait-on tenté de dire. Le matin du match, le défenseur bordelais David Jemmali parle de ses retrouvailles avec son ancien coéquipier girondin Pauleta. "Lui, c'est un renard, il faut le surveiller pendant 95 minutes. Ses appels de balle sont extraordinaires et il est adroit devant le but. Il peut se faire oublier deux secondes. Vous croyez qu'il est dans votre dos et hop, il a filé..."

Sur le papier, le match est déséquilibré malgré le classement des deux équipes. Bordeaux débarque porte de Saint-Cloud avec quatre suspendus : Fernando, Henrique, Chamakh et Darcheville. Pas cool. Au Parc, là où le PSG a tant souffert cette saison, les locaux démarrent fort. Guy Lacombe a sorti un 4-2-3-1 qui a une certaine gueule. Pour alimenter Pauleta, un trio Kalou-Rothen-Dhorasoo. Sur le papier, ça a de la gueule. D'ailleurs, au bout de sept minutes, Bernard Mendy envoie un caviar au second poteau sur le crâne du Portugais. Comme annoncé, Jemmali l'oublie, et hop, ça fait 1-0. Le Parc gueule. Se soulève. Avant de reposer ses callipyges sur les sièges à bascule (attention aux tibias). Sur la première incursion girondine, Mavuba donne à Perea qui ajuste Letizi. Classique.

Pauleta…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant