Le jour où OM - PSG a allumé la mèche

le
0
Le jour où OM - PSG a allumé la mèche
Le jour où OM - PSG a allumé la mèche

Au-delà de la rivalité Paris/province qui date de l'après-guerre, l'antagonisme OM-PSG a été construit artificiellement dans les années 90 par Canal + et Bernard Tapie, quand les deux clubs dominaient le foot français – avec en point d'orgue la boucherie de 1992 au Parc. Mais le casus belli date peut-être du 5 mai 1989 au Vélodrome, un soir de match décisif pour le titre.

" Trop longtemps endormi, le Kop de Boulogne va se réveiller et nos combats retentiront dans toute l'Europe. Marseille ne se relèvera plus après notre passage. Le grand nettoyage commence. (...) Notre haine est sans limite. Le Heysel nouveau est arrivé." En ce printemps 1989, ce tract ressemble à une véritable déclaration de guerre. Il est signé de la tribune Boulogne, qui rassemble alors les plus fervents et plus violents supporters parisiens (à la "grande époque" du hooliganisme en France). En novembre 1987, déjà, le kop avait exhibé sa haine anti-marseillais en déployant un " OM = SIDA ", lors d'un match face à Lille. À quatre journées de la fin de la saison 1988-89, le PSG et l'OM bataillent l'un contre l'autre pour remporter le titre de champion de France. Et tous les protagonistes ont imprimé la date du vendredi 5 mai : Paris, leader, se déplace chez son dauphin, Marseille, qui ne compte qu'un point de retard.

"Nous allons en terre hostile, j'allais dire étrangère"


Pour la première fois dans l'histoire du football français, les deux clubs sont au coude-à-coude dans la dernière ligne droite. Champion en 1986, le PSG sort de deux saisons laborieuses. En 1988, il a même dû batailler jusqu'à la dernière journée et une victoire contre Le Havre pour assurer son maintien. Remonté en D1 en 1984, l'OM a accroché une demi-finale de Coupe des coupes la saison précédente et livre des duels féroces avec les Girondins, tant sur le terrain qu'en dehors avec les passes d'armes médiatiques opposant Claude Bez à Bernard Tapie. Ce choc sent la poudre, mais se fera sans les supporters parisiens. Sous la pression de la Ligue, les dirigeants du club de la capitale ont annulé le déplacement de leurs fans le 25 avril.

Il faut remonter au mois de mars pour comprendre les raisons de ce climat de tension. Le milieu bordelais, Jean Tigana, veut rejoindre l'Olympique de Marseille. La Ligue, composée notamment de Francis Borelli, refuse d'homologuer le transfert. Pourtant, Éric Cantona, lui, vient…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant