Le jour où Néstor Combín s'est fait péter le nez

le
0
Le jour où Néstor Combín s'est fait péter le nez
Le jour où Néstor Combín s'est fait péter le nez

Il avait quitté son pays très jeune pour faire carrière en Europe. Considéré comme un traître et un déserteur, Néstor Combín fut la victime d'un déchaînement de violence inouï à son retour en Argentine pour y disputer un match de Coupe intercontinentale, entre son équipe du Milan AC et celle d'Estudiantes. Nez cassé, mâchoire amochée, maillot en sang et les flics aux trousses : récit d'un calvaire qui marqua durablement les relations footballistiques entre les deux continents.

22 octobre 1969 à La Bombonera de Buenos Aires. Au programme, un match entre Estudiantes La Plata, vainqueur de la dernière Copa Libertadores, et le Milan AC, victorieux de l'Ajax en finale de la Coupe d'Europe des clubs champions au printemps précédent. L'enjeu de la rencontre : la Coupe intercontinentale, sorte de Coupe du monde des clubs de l'époque organisée en une opposition aller-retour entre les meilleurs clubs du moment des deux continents. L'aller a déjà été disputé deux semaines auparavant à San Siro, avec une facile victoire des locaux 3-0. Ils se déplacent donc en Argentine assez confiants quant à leur capacité à remporter ce trophée.

Confiants, certes, sereins, pas vraiment. Les Italiens savent en effet que ce déplacement n'a rien d'un séjour touristique. Depuis le coup d'État de 1966, le pays est une dictature militaire dirigée par le général Juan Carlos Ongania, un homme très austère qui était du genre à interdire les cheveux longs, les jupes et la musique rock. Rayon football aussi, il y a des craintes à avoir pour les équipes européennes ayant à affronter des Argentins. La sélection avait été pointée du doigt pour sa brutalité lors de la Coupe du monde 1966 et les deux éditions 1967 et 1968 de la Coupe intercontinentale avaient déjà été marquées par des agressions et intimidations : de la part des joueurs du Racing Club contre ceux du Celtic la première année, puis déjà de ceux d'Estudiantes envers l'équipe de Manchester United la suivante. Surtout, la formation du Milan AC compte alors dans ses rangs un certain Néstor Combín, qui va cristalliser toute la haine du public de la Bombonera en ce 22 octobre 1969.
International français
Il faut dire que Combín n'est pas un joueur comme les autres. Né en 1940 dans la petite ville de Las Rosas, dans la province de Santa Fe, il décide de quitter les siens très jeunes pour rejoindre la France et le club de Lyon, prêt à l'accueillir à 18 ans. À l'époque, c'est un choix de carrière encore peu courant, surtout à un si jeune âge. Combín tourne vite la page argentine et s'épanouit à l'OL, formant un fameux duo d'attaque avec Fleury Di Nallo. En 1964, son doublé en finale de Coupe de France contre Bordeaux permet à son club de déflorer son palmarès. Une performance qui lui vaut la reconnaissance éternelle des Gones et qui lui offre la possibilité de se faire connaître sur la scène internationale. Repéré par la Juventus, il quitte la...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant