?Le jour où Lizarazu a mis une tarte à Matthäus

le
0
?Le jour où Lizarazu a mis une tarte à Matthäus
?Le jour où Lizarazu a mis une tarte à Matthäus

?Bixente Lizarazu n'a pas toujours été la caution football de Christian Jeanpierre. Il fut aussi un temps l'un des meilleurs latéraux du monde. Un statut qui lui permettait de baffer tranquillement une légende allemande dans son propre club.Si Liza fête aujourd'hui ses 45 ans, il faut remonter plus de quinze ans en arrière pour retrouver son principal fait d'arme. On ne parle pas de sa rencontre avec Elsa, qui date aussi de 1999 et de la tournée des Enfoirés, Dernière Édition avant l'an 2000, parce que Claire Keim est quand même mieux. On est le vendredi 26 août, à Munich, Säbener Strasse, au centre d'entrainement du Bayern Munich. Le Rekordmeister est en délicatesse. La tragédie de la finale de Ligue des champions contre Manchester United est encore dans toutes les têtes. Le moral est bas, les résultats décevants (une défaite et un nul lors des deux premiers matchs de Bundesliga) : un véritable cercle vicieux. Ottmar Hitzfeld a en plus lancé une opération rajeunissement, en se séparant de plusieurs trentenaires (Helmer, Basler, Daei) pour prendre notamment Roque Santa Cruz, jeune minot paraguayen de 17 ans dont Lothar Matthäus dit de lui : " Je connais un peu le football - et je peux vous dire, dans quelques années, il sera injouable ". Parce qu'au milieu des Kahn, Tarnat, Linke, Kuffour, Salihamidži?, Scholl, Fink, Elber et Zancker, il y a évidemment Lothar, 38 ans bien tassés et un statut de leader de la meute. Parce que si dans les faits, Stefan Effenberg est le capitaine, il n'a pas le rayonnement d'un champion du monde et d'Europe. Et puis il y a Bixente Lizarazu, au club depuis deux ans.
?Pan dans ta gueule
Ce vendredi est donc particulièrement tendu. Le prochain adversaire, le promu Unterhaching, n'est pas particulièrement menaçant, mais la séance d'entrainement se fait virile. Et puis l'altercation : Lizarazu et Matthäus commencent par s'insulter copieusement, sans vraiment comprendre l'autre, puisque le Basque parle très mal la langue de Goethe. Ils finissent même par en venir aux mains. Le Français pousse l'Allemand, qui lui met une baffe au passage. Pas du tout au goût de Bixente. Il chope le vieux à la gorge, et lui met une petite patate, mi-gifle mi-poing. Du gauche, évidemment. Matthäus est déséquilibré, tombe presque, puis les deux joueurs sont séparés. Si la séance est fermée au public, Bild, qui a des yeux partout, sort vite l'affaire. Uli Hoeneß, alors un homme au-dessus de tous soupçons, tente de minimiser l'histoire : " Vous faites comme si c'était une bombe nucléaire ". Lothar joue lui la carte de l'alcool : " Votre informateur a apparement bu une bière de trop. Ce que j'ai fait, ce...

Si Liza fête aujourd'hui ses 45 ans, il faut remonter plus de quinze ans en arrière pour retrouver son principal fait d'arme. On ne parle pas de sa rencontre avec Elsa, qui date aussi de 1999 et de la tournée des Enfoirés, Dernière Édition avant l'an 2000, parce que Claire Keim est quand même mieux. On est le vendredi 26 août, à Munich, Säbener Strasse, au centre d'entrainement du Bayern Munich. Le Rekordmeister est en délicatesse. La tragédie de la finale de Ligue des champions contre Manchester United est encore dans toutes les têtes. Le moral est bas, les résultats décevants (une défaite et un nul lors des deux premiers matchs de Bundesliga) : un véritable cercle vicieux. Ottmar Hitzfeld a en plus lancé une opération rajeunissement, en se séparant de plusieurs trentenaires (Helmer, Basler, Daei) pour prendre notamment Roque Santa Cruz, jeune minot paraguayen de 17 ans dont Lothar Matthäus dit de lui : " Je connais un peu le football - et je peux vous dire, dans quelques années, il sera injouable ". Parce qu'au milieu des Kahn, Tarnat, Linke, Kuffour, Salihamidži?, Scholl, Fink, Elber et Zancker, il y a évidemment Lothar, 38 ans bien tassés et un statut de leader de la meute. Parce que si dans les faits, Stefan Effenberg est le capitaine, il n'a pas le rayonnement d'un champion du monde et d'Europe. Et puis il y a Bixente Lizarazu, au club depuis deux ans.
?Pan dans ta gueule
Ce vendredi est donc particulièrement tendu. Le prochain adversaire, le promu Unterhaching, n'est pas particulièrement menaçant, mais la séance d'entrainement se fait virile. Et puis l'altercation : Lizarazu et Matthäus commencent par s'insulter copieusement, sans vraiment comprendre l'autre, puisque le Basque parle très mal la langue de Goethe. Ils finissent même par en venir aux mains. Le Français pousse l'Allemand, qui lui met une baffe au passage. Pas du tout au goût de Bixente. Il chope le vieux à la gorge, et lui met une petite patate, mi-gifle mi-poing. Du gauche, évidemment. Matthäus est déséquilibré, tombe presque, puis les deux joueurs sont séparés. Si la séance est fermée au public, Bild, qui a des yeux partout, sort vite l'affaire. Uli Hoeneß, alors un homme au-dessus de tous soupçons, tente de minimiser l'histoire : " Vous faites comme si c'était une bombe nucléaire ". Lothar joue lui la carte de l'alcool : " Votre informateur a apparement bu une bière de trop. Ce que j'ai fait, ce...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant