Le jour où Levante a failli faire perdre la Liga à l'Atlético

le
0
Le jour où Levante a failli faire perdre la Liga à l'Atlético
Le jour où Levante a failli faire perdre la Liga à l'Atlético

A l'occasion de la 36ème journée de l'exercice 2013-14, les Colchoneros se déplacent au Ciutat de Valencia avec l'objectif de se rapprocher d'un titre qui les fuit depuis huit ans. Au final, ils reçoivent une fessée face à Levante (2-0) et se mettent dans un beau pétrin qui renvoie l'Atlético à son étiquette historique de losers magnifiques.

L'officialisation fait couler quelques larmes du côté de Valence, et plus particulièrement du Ciutat de Valencia. Depuis la semaine passée, et une énième défaite, cette fois face Malaga (3-1), Levante a l'assurance de reprendre l'exercice prochain en Segunda Division. Une demi-surprise tant la seconde équipe valenciane flirte avec la zone rouge à chaque fin d'exercice. La réception de l'Atlético de Madrid en cet après-midi dominical relève donc des adieux à la reine des catégories espagnoles, et renvoie irrémédiablement les supporters des Granotes deux ans en arrière. À l'occasion de la 36e journée de la Liga 2013/14, les autres Blaugranas de Primera reçoivent l'alors leader du championnat. Un Atlético de Madrid de retour au premier plan qui doit obligatoirement s'imposer s'il souhaite conserver son destin entre ses pieds, mais qui se gamelle dans les grandes largeurs. Défaits 2-0, les Colchoneros repartent à Madrid la queue entre les jambes et avec des regrets plein la tête. Retour sur une rencontre marquée par le one-man show de Keylor Navas et les échanges d'amabilité entre Diego Costa et Momo Sissoko.

Le spectre des maletas et câlins musclés


En ce 4 mai 2014, le soleil surplombe toute la côte méditerranéenne. Un temps estival qui rend les plages valencianes noires de monde et n'offre plus aucune place au retardataire en terrasse. Bref, les vacances pointent le bout de leur nez sur la quatrième plus grande ville d'Espagne, à l'exception du quartier de Levante. Car malgré un maintien déjà assuré, les Granotes et leur public font salle comble pour la réception d'un Atlético leader en solitaire qui peut faire le trou avec le FC Barcelone, contraint au nul sur sa pelouse par Getafe un jour plus tôt (2-2). Un enjeu moindre pour les locaux, donc, dont espèrent profiter les Colchoneros, soutenus par 9000 supporters venus dans leurs bagages. Pourtant, dès le coup d'envoi, l'équipe de Joaquim Caparros prend la mesure de son adversaire. Dans un style tout en béton, et un milieu de poètes Sissoko-Simao-Diop, l'entraineur de Levante aligne "une équipe très physique pour ne pas leur permettre d'être en supériorité numérique au milieu de terrain". Mieux, ses ouailles prennent même les commandes de la rencontre dès le 7ème tour de cadran et un CSC de Filipe Luis.

D'abord viril mais…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant