Le jour où... le XV de France a gagné un match sans fin

le
0
Le jour où... le XV de France a gagné un match sans fin
Le jour où... le XV de France a gagné un match sans fin

Le sport a l'avantage de générer à l'envi des histoires singulières avec des épilogues inédits. Si les scénaristes de Hollywood cherchent à se renouveler, ils pourront toujours se pencher sur un match du Tournoi des Six Nations entre la France et le Pays de Galles, le 18 mars 2017. Comprendre comment quinze héros tricolores ont gagné le respect de tout un peuple en jouant avec ses nerfs. Une réconciliation, le temps d'un exploit, réalisé sur le dos d'adversaires gallois, magnifiques de résilience, qui cherchent encore à savoir par quel « prodige » ils ont pu perdre cette rencontre.

 

Un lieu magique, des acteurs héroïques, un scénario improbable : le panorama est presque complet. Encore convient-il d'y ajouter l'arbitre anglais Wayne Barnes. D'ordinaire parangon de rigueur et souvent enclin à sanctionner la fougue latine des Tricolores, il va perdre le contrôle d'une partie devenue folle.

 

On va bientôt atteindre la fin du temps réglementaire et le Pays de Galles mène 18-13. Les Français lancent une ultime attaque, mais la défense galloise fait une faute. La pénalité n'apporterait que trois points dans l'escarcelle bleue. Pas assez pour l'emporter. Le pack opte alors pour la mêlée. « On savait que c'était perdu pour nous à la moindre faute, se souvient le troisième ligne Damien Chouly. Quand on a vu que l'arbitre ne nous donnerait pas l'essai de pénalité, on a tout essayé... »

 

Un Stade en fusion

Les mêlées s'enchaînent -- dix au total --, l'acide lactique monte dans les jambes et le chronomètre tourne. « On voit clairement que l'arbitre est dans une situation d'attente », souligne le commentateur de France 2, Matthieu Lartot. Derrière son micro, il interpelle l'arbitre -- « Mais, M. Barnes, il faut prendre une décision » -- puis manie l'humour : « Si ça continue, ça va se terminer après le 20 Heures. » Il ne croit pas si bien dire. Au même moment, une fenêtre s'ouvre à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant