Le jour où le Spartak a éliminé le Napoli de Maradona

le
0
Le jour où le Spartak a éliminé le Napoli de Maradona
Le jour où le Spartak a éliminé le Napoli de Maradona

Les Napolitains gardent de mauvais souvenirs des rencontres face aux équipes de Moscou, le bilan parle de deux antécédents pour autant d'éliminations. La seconde fut contre le Spartak il y a 25 ans, un match qui marque aussi le début de la fin pour Maradona.

Un seul homme peut vous changer l'histoire d'un club de football. Maradona et le Napoli en sont la preuve. En sept saisons aux pieds du Vésuve, Diego a conquis deux titres de champion d'Italie, une Coupe d'Italie, une Supercoupe nationale et une Coupe de l'UEFA. Qu'en est-il cependant des deux participations en Coupe d'Europe des clubs champions de ce Napoli maradonesque ? Une élimination au premier tour, une au second tour. C'est également le bilan définitif de l'Argentin qui ne disputera pas la C1 sous d'autres couleurs. Milieu de terrain et porteur d'eau, Massimo Crippa se souvient avec des regrets : "Ce n'était encore que des matchs à élimination directe, on pouvait se retrouver dehors en moins de deux. S'il y avait eu une phase de poules " S'il y avait eu Maradona surtout
La roulette russe des tirs au but
Nous sommes en novembre 1990, et la belle mécanique de ce Napoli commence à s'enrayer, si bien qu'au match aller, les sifflets descendent des tribunes avant même le début de la rencontre. "On était bien partis en gagnant la Supercoupe d'Italie contre la Juve sur le score de 5-1. On pensait que tout allait être simple, mais on n'avait gagné qu'un match lors des six premières journées. D'ailleurs, la saison fut longue, on se sauve à quelques matchs de la fin du championnat", raconte Crippa. Concernant la C1, au premier tour, les Azzurri s'étaient facilement débarrassés des Hongrois de l'Ujpest Dosza (3-0 et 2-0), avant de se retrouver face au Spartak en 8es de finale : "On était clairement favoris, mais c'était une équipe très solide qui avait des joueurs devant comme Shalimov, Mostovoi et Karpin." Du beau monde effectivement.

Aucun but n'est inscrit durant les 210 minutes de la rencontre (durant lesquelles les Russes ne feront aucun changement !), mais les poteaux sont touchés pas moins de six fois au total, quatre pour le Napoli et deux pour le Spartak. "Au retour là-bas, début novembre, il y avait aussi des conditions climatiques difficiles. C'est dommage, car si on se qualifiait pour les quarts, on s'offrait une belle revanche contre le Real qui nous avait éliminés trois ans plus tôt dès le premier tour", poursuit l'actuel directeur général du club de Renate (D3 italienne). Tout se joue ainsi à la roulette des tirs au but. Et à ce jeu-là, les Russes ont de sérieux arguments. Dans les cages...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant