Le jour où le PSG a terrassé Twente

le
0
Le jour où le PSG a terrassé Twente
Le jour où le PSG a terrassé Twente

Ce mardi soir, le Parc des Princes reçoit Chelsea et retrouve le doux parfum des soirées européennes de gala. Quelques années avant l'arrivée des stars de l'ère qatarie, le Parc a vécu l'une de ses ambiances mémorables lors d'un match de phase de poules de C3. Le 18 décembre 2008, le PSG reçoit alors Twente, avec le maigre espoir de se qualifier en 16es de finale. Récit d'une soirée épique, entre bagarres d'avant-match et scénario de folie.

Le titre de champion de France et le printemps européen sont donc devenus des rendez-vous incontournables. Bien entouré sur le canapé, quelques coupes à moitié remplies aux quatre coins de la table, le PSG est ce genre de clubber qui aligne les bouteilles de champagne avec le confort d'un compte en banque bien garni. Mais il fut un temps pas si lointain où ce PSG entrait en boîte en ayant une dégaine de loser et le regard envieux pour le carré VIP de la Ligue des champions. Dans les années 2000, Paris passait, de temps à autre, des soirées merdiques. Alors, quand l'inattendu lui offrait une conquête de choix pour conclure la nuit, Paris savourait. Un sentiment qui s'est aujourd'hui envolé.

Équipe remaniée, Père Noël et grosse baston à Saint-Michel


" Je ne sacrifie pas l'UEFA. " Paul Le Guen a beau se défendre la veille en conférence de presse, ce jeudi 18 décembre 2008, pour la dernière journée de Feu la phase de poules à cinq équipes de la Coupe UEFA, il choisit de laisser quelques cadres - Makelele, Giuly, Hoarau, Rothen - sur le banc. Séduisant en championnat (4e après 18 journées), le Paris Saint-Germain reçoit le FC Twente. Tandis que les Hollandais ont déjà composté leur ticket pour la suite de la compétition, rien n'est fait pour les Rouge et Bleu : dernier de son groupe, Paris a encore un espoir de se qualifier s'il l'emporte. Mais la donne n'est pas simple, si dans le même temps le Real Racing Santander bat Manchester City (déjà qualifié), le PSG doit alors marquer un but de plus que les Espagnols. En bref, l'aventure européenne a peu de chances de se poursuivre.

" C'est une question de principes "
" La qualification, pour nous, c'était comme croire au Père Noël ", situe Maxime, abonné en tribune Auteuil à l'époque. Archi comble trois jours plus tard pour la réception de Valenciennes, cette-fois ci, le Parc est clairsemé - surtout à Boulogne et Borelli - : pas plus de 30 000 personnes garnissent le " vaisseau " du sud-ouest parisien. La qualification, pour nous, c'était comme croire au Père Noël.Maxime, ancien…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant