Le jour où le PSG a remporté une Coupe d'Europe

le
0
Le jour où le PSG a remporté une Coupe d'Europe
Le jour où le PSG a remporté une Coupe d'Europe

Il y a 19 ans jour pour jour, le Paris Saint-Germain de Luis Fernandez remportait la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe en battant le Rapid Vienne sur la plus petite des marges, à Bruxelles (1-0). Une finale haletante, à la préparation mystérieuse et au dénouement heureux.

La Coupe d'Europe des vainqueurs de coupe a peut-être aujourd'hui disparu, au profit d'une Ligue des champions élargie et d'une Ligue Europa plus compétitive, elle ne quittera jamais la salle des trophées du Paris Saint-Germain. Recalés tout au long des années 1990 aux portes du succès – en demi-finale de la C2 face à Arsenal, en 1994, puis en demi-finale de la C1 face au Milan AC, en 1995 –, les hommes de la capitale ont finalement réussi à offrir à Michel Denisot et au groupe Canal + le plus beau retour sur investissement possible : un titre européen majeur. Un succès logique, venu récompenser un parcours exemplaire et une saison qui aurait même pu voir le Paris Saint-Germain de Luis Fernandez remporter le championnat de France. Une finale à jamais gravée dans la mémoire des Parisiens, qui sont entrés dans la liste très select des médaillés européens. En 1996, le PSG vivait plus grand.
"Le Parme de Hristo Stoitchkov, il fallait les sortir, quand même !"
Aujourd'hui disparue, la C2 avait réservé, pour la saison 1995-1996, un parcours plus que relevé aux joueurs du PSG. Tombeurs du Molde FK en seizièmes de finale, les coéquipiers de Bruno N'Gotty écartent facilement le Celtic Glasgow, en huitième. C'est alors que les choses se compliquent. En quarts, les hommes de la capitale défient Parme, avant de se frotter à la Corogne, en demies. "Le Parme de Hristo Stoitchkov, il fallait les sortir, quand même. Et puis, la Corogne de Bebeto, c'était solide aussi. Ils avaient de très bons joueurs", se souvient Daniel Bravo, qui n'accepte pas qu'on minimise l'exploit qu'il a réalisé avec ses partenaires. "Aujourd'hui, certains disent qu'elle ne compte pas, cette coupe, puisqu'elle n'existe même plus, mais pour moi, c'était quand même un niveau bien bien relevé." Une fois en finale, le Paris Saint-Germain se retrouve face au Rapid Vienne, où évolue notamment l'international bulgare Trifon Ivanov. Qu'importe, le PSG est favori.

Yannick Noah

D'autant plus que les joueurs doivent se faire pardonner leur dérapage en championnat. Leaders de la 16e à…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant