Le jour où le Lille de Puel a fait tomber le grand Lyon

le
0
Le jour où le Lille de Puel a fait tomber le grand Lyon
Le jour où le Lille de Puel a fait tomber le grand Lyon

Décembre 2005, Lyon écrase le football français comme jamais. Invaincu depuis 26 matchs en Ligue 1, les Lyonnais chutent à la surprise générale face au Lille de Dumont, Debuchy et Kader Keita. Une victoire qui marque le début de l'ère Puel à Lille.

Avant le divorce, les assiettes qui volent, le conseil de prud'hommes et les indemnités à verser, il y a eu le coup de foudre. Le 16 décembre 2005, Lille vient de battre l'Olympique lyonnais 3-1 à Gerland. Beau joueur, Jean-Michel Aulas rend hommage à son bourreau. « Bravo à Claude Puel qui est un excellent entraîneur et qui fait un travail remarquable avec des moyens moins importants que l'OL. » À l'époque, le club de JMA trône toujours sur le perchoir depuis lequel il surplombe la Ligue 1. Avant la trêve hivernale, les hommes de Gérard Houllier veulent offrir à leurs supporters un dernier récital. « Lyon à l'époque était quasiment imbattable, c'était le PSG de l'époque », resitue Stéphane Dumont. Le milieu lillois peut enlever le « quasi ». Les Lyonnais n'ont plus connu la défaite en championnat depuis avril (et un revers à Paris) et tournent à une moyenne de 2,5 points par match.
Aulas et la conscience de l'arbitre
Un monde d'écart sépare encore les deux clubs. Puissance à peine émergente, Lille pointe à la 8e place et ne gagne plus à l'extérieur depuis une victoire à Metz lors de la sixième journée. Arrivé un an et demi plus tôt, Claude Puel commence tout juste à imposer son style. « La saison précédente, il avait aligné une série de dix matchs sans victoire et avait failli être viré», remet en perspective Antoine Placer qui suit le LOSC pour La Voix du Nord. Il avait récupéré des mecs que personne ne connaissait comme Tavlaridis ou A?imovi? et qui n'ont rien fait après. Il y avait aussi l'émergence de jeunes joueurs comme Mathieu Debuchy et d'autres dont on sentait qu'ils jouaient au-dessus de leur capacité, à l'image de Dumont ou Tafforeau. Ça correspondait aussi aux six mois où Kader Keita a été joueur de foot. »

Cet assemblage hétéroclite risque de ne pas peser bien lourd face à Juninho, Diarra, Essien Tiago, Govou, Malouda et les autres. Mais Peter Peter Odemwingie (autre trouvaille de Puel) surprend Grégory Coupet dès la 8e minute et les Lillois se disent que le coup est jouable, à l'image de Stéphane Dumont : « C'était le dernier match avant la trêve et les Lyonnais étaient peut-être déjà un peu en vacances. » Les Dogues mordent et prennent à la gorge des Lyonnais plus habitués à être bousculés de la sorte. « Le coach avait insisté sur la nécessité de bien défendre,......

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant