Le jour où le Celtic a vaincu le stratège Herrera

le
0

L'opposition Celtic Glasgow/Inter Milan aura sans aucun doute le goût d'un football d'antan. En 1967, les deux clubs avaient déjà croisé le fer lors d'une finale de Ligue des champions gravée dans le marbre des pubs écossais d'un côté, et tombée dans les maux milanais de l'autre. Récit.

"Sixty Seven,
In the heat of Lisbon,
The Celts they came in thousands,
To See the Bhoys Become Champ-i-ons
"

Quatre vers pour l'éternité. Dans les travées du Celtic Park comme lorsque les fans du Celtic Glasgow se déplacent massivement dans les stades adverses, cette chanson résonne en hymne à l'amour du maillot vert et blanc. Sur cette tunique apparaît le traditionnel trèfle à quatre feuilles, porte-bonheur des Bhoys, ainsi qu'une étoile dorée. Cette étoile, c'est celle qu'aucun autre club d'Écosse ne peut se permettre de porter. Celle qui honore le seul titre remporté par un club écossais dans la plus prestigieuse des compétitions européennes : la Coupe d'Europe des clubs champions. Inauguré en 2007, ce maillot sera plus que jamais d'actualité ce jeudi soir à Glasgow, lors de la réception de l'Inter Milan par les troupes du Norvégien Ronny Deila. Et ce que tous les fans des Hoops espèrent, c'est que le parfum de la victoire se mélange à celui du Famous Grouse. Pour se rappeler avec bonheur de cette épopée devenue mythique, de ces Lisbon Lions et du 25 mai 1967.
Bières, journalistes et rigolade
Dans la grande famille du Celtic présente sur les rives de la Clyde, les fans prêts à remplir le stade comme un œuf viendront s'asseoir en tribunes avec des anecdotes, des reportages et sûrement une petite envie de voyage au Portugal. 48 ans en arrière, ces supporters venus d'Écosse étaient environ 20 000, parmi lesquels certains sortaient pour la toute première fois de leur île afin de donner un soutien massif à leur équipe, à Lisbonne. Une aide populaire bienvenue pour les ouailles de Jock Stein, puisque l'adversaire qui se présente en finale est autrement plus tactique que les Yougoslaves de Vojvodina, autrement plus coriace que les Tchécoslovaques du Dukla Prague. Pour accéder au trophée, il faudra battre l'Inter Milan d'Helenio Herrera. L'obstacle est de taille : sur les quatre dernières années, H.H. a remporté trois championnats et deux Ligues des champions, en 1964 et 1965. Pire encore : lors de cette campagne européenne, les Nerazzurri éliminent le champion d'Europe en titre, le Real Madrid. Comme une évidence, cette édition leur est promise. Surtout qu'en face, le Celtic joue sa toute première finale continentale avec dix joueurs sur onze issus du même quartier de Glasgow. Une bande de potes contre des stars, en somme.






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant