Le jour où Laurent Blanc a donné la victoire à l'OM !

le
0
Le jour où Laurent Blanc a donné la victoire à l'OM !
Le jour où Laurent Blanc a donné la victoire à l'OM !

Laurent Blanc peut bien faire le beau sur le banc du PSG, sa carrière le ramènera toujours à l'OM. Il y a dix-sept ans, l'ancien libéro mettait même à genoux son équipe actuelle après une belle simulation de Ravanelli. On rembobine.

La scène se passe le 8 novembre 1997. Presque un an jour pour jour après leur dernière rencontre, soldée par un triste 0-0, le PSG et l'OM se retrouvent à nouveau pour le compte de la 15e journée dans un Parc des Princes qui n'affiche pas sold out (43 307 spectateurs sur presque 50 000 possibles). Pourtant leader, le club de la capitale a toutes les raisons de douter. D'abord parce que Raí et consorts viennent de s'incliner à Lyon (1-0). Et puis parce que la liste des absents est anormalement longue : Alain Roche, Paul Le Guen et Marco Simone sont forfaits, Bruno N'Gotty est à moitié opérationnel, mais entame quand même le match, tandis que Vincent Guérin et Florian Maurice quittent tous les deux le terrain sur blessure avant la mi-temps. Dur !

Du côté de l'OM, en revanche, tout le monde a le sourire : les joueurs de Rolland Courbis restent sur une série de quatre victoires en cinq matchs et, malgré de nombreux transferts durant le mercato d'été (outre l'arrivée de Courbis, Ravanelli, Blanc et Dugarry ont également rejoint la Canebière), prônent un jeu solide, compact et bien organisé. C'est d'ailleurs l'OM qui ouvre le score dès la 13e minute grâce au troubadour de la Ligue 1 Xavier Gravelaine, avant qu'un autre troubadour, Jérôme Leroy, ne lui réponde vingt minutes plus tard après un ballon dévié de la tête par Raí. 1-1 à la mi-temps, personne n'est content, mais le spectacle y est.
Commedia del arte
Manifestement émoussés par leur victoire 3-1 quelques jours plus tôt contre le Bayern, les Parisiens baissent un peu le pied en deuxième mi-temps. Marseille également. Aucune des deux équipes ne semblent alors en mesure de faire basculer la rencontre, et le scénario du match commence plus à ressembler à un mauvais film d'auteur qu'à un blockbuster. C'était sans compter sur Ravanelli qui, à la 64e minute, fait montre de ses grands talents d'acteur. Visiblement agacé par la tournure du match, l'attaquant italien déboule côté gauche, dribble Rabésandratana, le passe, entre dans la surface et s'écroule. Penalty ! Le Parc des Princes crie au scandale, les Marseillais se réjouissent. Une simulation ? En février 2014, le bon Fabrizio s'en défendait encore au micro d'OM.net : " J'étais dans la surface latérale et je rentrais avec le ballon. Lorsque je dribble le défenseur, il me touche le pied droit. Même s'il ne le fait pas exprès, ça mérite penalty. De toute façon, l'arbitre a...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant