Le jour où la foudre a tué deux joueurs de Cali

le
0
Le jour où la foudre a tué deux joueurs de Cali
Le jour où la foudre a tué deux joueurs de Cali

Le 24 octobre 2002, le Deportivo Cali va vivre un entraînement dramatique. Hernán Gaviria et Giovanni Córdoba sont frappés par la foudre. Le premier meurt sur le coup, l'autre trois jours plus tard à l'hôpital. Récit d'un jour noir pour la Colombie.

C'est une après-midi normale à Cali. De celles où le ciel parfaitement bleu peut se transformer en orage, en "aguacero" (déluge, en VF), le tout en trois minutes. La capitale du Valle del Cauca vit ainsi, avec les aléas du climat tropical. Ce jour-là, l'entraînement du Deportivo Cali se déroule normalement, sous une fine pluie. L'équipe titulaire affronte un groupe de remplaçants. Mais les gouttes vont se transformer en tonnerre. Réflexe appris depuis l'enfance à Cali, les joueurs se jettent au sol, immobiles, abasourdis. Quelques secondes plus tard, tous se lèvent et courent vers les vestiaires pour se protéger. Sauf deux. Hernán Gaviria et Giovanni Córdoba sont cloués au sol, frappés par la foudre. Attaquant de 32 ans, international colombien qui a disputé la Coupe du monde 1994, "Carepa" Gaviria meurt sur le coup. Córdoba est hospitalisé rapidement, mais succombe trois jours plus tard. S'ensuit une journée de chaos à Cali, une période noire où le Deportivo Cali, leader et en course pour le titre, s'effondre. Des mesures sont prises pour que cette tragédie ne se répète pas. Mais la photo des joueurs qui tentent de secourir les deux victimes hantera à jamais le club verdiblanco.

À la poursuite des poteaux maudits

"Ce n'est pas un éclair qui va me tuer"


Toute une ville est en deuil. Pour l'enterrement de Gaviria, les rivalités n'existent plus. Certains joueurs de l'América de Cali se rendent aux funérailles. Le football colombien apprend de cette tragédie.

El capitán Foad maziri y Gio Henandez en homenaje a los jugadores "Carepa" Gaviria y Giovanni Córdoba hace 13 años. pic.twitter.com/7WhJZfKi5Q

— Humo Escarlata (@HumoEscarlata) 24 octobre 2015
Au centre d'entraînement du Deportivo, une alarme se déclenche chaque fois que l'orage approche. Entraîneur du club à l'époque, Héctor Quintabani affirme "que deux nuages suffisent" pour…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant