Le jour où l'OM a refusé Henrikh Mkhitaryan

le
0
Le jour où l'OM a refusé Henrikh Mkhitaryan
Le jour où l'OM a refusé Henrikh Mkhitaryan

Quelques pépites sont passées par la Canebière, mais il y en a une que l'OM a raté et qui flambe aujourd'hui, c'est la gâchette arménienne du Borussia Dortmund.

L'OM n'est pas au top en Ligue 1. Même avec un attaquant deuxième meilleur buteur du championnat, niveau jeu, c'est pas encore ça. Après avoir perdu Valbuena et Payet, leurs deux meneurs de jeu, en deux saisons, les Marseillais auraient bien besoin d'un chef d'orchestre, histoire de remettre un peu d'ordre dans tout ce fouillis. Aujourd'hui, presque à mi-chemin, Marseille erre en milieu de tableau, sans vraiment émerveiller son monde par son football. Mais les choses auraient pu être différentes. Ils ont été nombreux à échouer aux portes de la Canebière, avant de partir exploser ailleurs, parfois pas très loin. Comme Zidane plusieurs années avant lui, Henrikh Mkhitaryan n'a pas convaincu la cellule de recrutement marseillaise. À l'époque, il a trois poils au menton, mais ses représentants lui font confiance et voient déjà en lui un futur crack : "Je sentais bien qu'il avait des qualités techniques, mais c'est sûr, il y avait encore du travail", explique Albert Arstanian, ambassadeur de la Fédération arménienne. Aujourd'hui, la gâchette arménienne fait le bonheur du Borussia Dortmund. Acheté pour une trentaine de millions au Shakhtar Donetsk, il est de ces dribbleurs qui peuvent débloquer une situation, un match, une saison. Un mec dont l'OM n'aurait pas eu à se plaindre.

"Trop frêle"


"Je connaissais bien son père. Il jouait à Valence et il est venu faire quelques stages au domaine de Tournon, avec l'EUGA Valence, le club arménien", explique Albert. Chez les Mkhitaryan, le football, c'est dans les gènes. Papa a joué et il a même représenté la nation, et le petit Henrikh tente de reprendre le flambeau. Saison 2004-2005, le joueur a tout juste 16 ans et il est dans les petits papiers de tous ceux qui l'entourent. "J'ai connu Henrikh parce que son père est tombé malade et j'ai commencé à fréquenter sa famille. À l'époque où je m'occupais un peu de la sélection arménienne. "Le petit" et un autre jeune joueur étaient au-dessus du lot, et j'ai voulu leur faire faire des essais." Albert sent qu'il y a quelque chose à faire et décide d'organiser un match entre une sélection de jeunes Arméniens et une autre sélection, mais de jeunes Français, à Colmar : "Il y avait des gens du football présents ce jour-là, mais ça n'a pas pris. Alors j'ai décidé de l'emmener faire un essai à l'OM."…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant