Le jour où l'Argentine a dansé sur la Jamaïque

le
0

21 juin 1998, l'Argentine en colle cinq dans le buste de la Jamaïque lors de la Coupe du monde 1998. Le match se joue dans un Parc des Princes transformé en salle de concert à ciel ouvert où le reggae et les gros seins se mélangeaient au génie d'Ariel Ortega.

Difficile d'oublier ce 21 juin 1998. Ce soir-là, c'était la fête de la musique en France. L'Argentine en a donc profité pour initier la Jamaïque au tango lors d'un match de poule du Mondial. Le concert a eu lieu au Parc des Princes, caisse de résonance oblige. Avant même les premières notes de ce qui sera un récital argentin - 5-0, doublé d'Ariel Ortega, triplé de Gabriel Batistuta - la Jamaïque était déjà dans la folie. Par exemple, Darryl Powell, le milieu de terrain des Reggae Boyz, était en adoration devant Ariel Ortega. Compliqué de jouer face à ses héros. Mais l'Argentine avait surtout l'obligation de gagner après son tout petit succès initial contre le Japon (1-0). "Après ce match, personne n'était content quand nous sommes rentrés au vestiaire. Nous savions que nous n'avions pas très bien joué", martelaient les cadres argentins Nestor Sensini et Diego Simeone, après le match. Alors, face à la Jamaïque, le sélectionneur argentin, Daniel Passarella, annonce la couleur : "Contre la Jamaïque, nous allons prendre plus franchement le jeu à notre compte. Je suis très optimiste. Mes joueurs sont confiants, le groupe est uni." Surtout, l'équipe d'Argentine a ce qu'on appelle de la gueule. Même en l'absence du génie de Fernando Redondo, non sélectionné pour une sombre histoire de cheveux*, l'Argentine a une allure de future championne du monde : Ayala, Claudio López, Veron, Simeone, Almeyda, Batistuta, Ortega, Gallardo, Zanetti, Crespo.

Mais attention, la Jamaïque n'est pas venue pour enjamber les flaques d'eau. À sa tête, le sélectionneur, René Simões, fait figure de mage un peu fou. La sélection loge au château d'Arc-en-Barrois (Haute-Marne) où Simões a fait fermer le bar de l'hôtel, interdit toutes les sorties, modifie les programmes d'entraînement à la dernière minute ou engueule un flic local car celui-ci avait eu le malheur de laisser un joueur se rendre à la pharmacie pour acheter des capotes aux coéquipiers. Autant dire que contrairement aux idées reçues, la Jamaïque n'était pas venue en France pour faire du tourisme. Sur la pelouse du Parc des princes, en revanche

Le bijou d'Ortega


Ce match, c'est l'occasion pour Ariel Ortega de démontrer pourquoi le numéro 10 de l'Argentine lui a été attribué. Dégaine de jockey (1,70m, 64 kilos), l'ancien de River Plate va s'offrir un doublé dont un premier but tout en maîtrise technique. Lancé en…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant