Le jour où Janot a fait pleurer la Beaujoire

le
0
Le jour où Janot a fait pleurer la Beaujoire
Le jour où Janot a fait pleurer la Beaujoire

En 442 apparitions sous le maillot de Saint-Étienne, Jérémie Janot n'est monté qu'une poignée de fois dans la surface adverse pour tenter d'égaliser sur des corners tardifs. Mais ce 11 novembre 2006, face à Nantes, Spider Jérémie vit un match trop frustrant pour suivre la dernière action depuis ses buts. 93e minute, Pascal Feindouno au corner…

" Ivan Hašek, l'entraineur, m'a demandé de rester dans les buts. J'ai fait semblant de ne pas l'entendre, de regarder à l'opposée et dans ma tête je me suis dit : t'as pas intérêt à ce que ça tourne mal, sinon t'es mort". Quelques secondes plus tard, sur un corner au bout du temps additionnel, l'ASSE égalise à 2-2 et glace 32 000 supporters nantais, grâce à la montée de Jérémie Janot.

Un coup de théâtre en guise de point final d'un match qui sortait déjà du lot par la beauté de ses buts, notamment celui de l'arrière droit nantais, Éric Cubilier. Sans cesse chambré par ses coéquipiers pour n'avoir jamais scoré en 108 matchs de Ligue 1, il met un terme aux moqueries en marquant d'une folle reprise de volée depuis l'extérieur de la surface. Après l'égalisation de Pascal Feinduno en fin de première période, la recrue nantaise, Nourdin Boukhari, fraichement débarquée d'Amsterdam, allume un pétard des trente mètres à trois minutes de la fin de la rencontre pour remettre les canaris devant. " À l'époque, chaque équipe pouvait jouer avec son propre ballon, se rappelle Jérémie Janot. Là, je crois que c'était un Airness et il flottait beaucoup. Avant le match, j'avais dit à l'entraineur des gardiens que je craignais les tirs de loin. Je ne me suis pas trompé : j'ai pris deux frappes de vingt et trente mètres, des top buts."

" Dans le vestiaire, on me traitait de mytho "


Frustré tant par son impuissance sur les deux buts encaissés que par la défaite qui se profile, Janot commence à ruminer dans ses buts en espérant pouvoir se rattraper, d'une façon ou d'une autre. Les Nantais lui en donnent l'opportunité dans le temps additionnel. Galvanisés par le but de Boukhari, les Canaris se libèrent et, plutôt que de jouer la montre, continuent d'attaquer. Conséquence : à la 93e minute, Saint-Étienne finit par récupérer un ultime ballon et obtient le corner de la dernière chance. Feindouno au ballon. Nantes se dégage, la balle revient sur Geoffrey Dernis, à l'entrée de la surface. Le milieu de terrain rate complètement sa reprise, qui finit dans les pieds de… Jérémie Janot : " Je fais un contrôle un peu bizarre, mais le ballon me reste dans les jambes. J'enchaîne avec une talonnade pour essayer de me la mettre pied gauche, je la…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant