Le jour où Hollande «s'est remanié»

le
0

Soulagé d'avoir passé l'épreuve, le chef de l'État se pose comme chantre du compromis social-démocrate.

C'est grave, presque martial, que François Hollande est entré, mardi, dans la salle des fêtes de l'Élysée, où l'attendaient près de 600 journalistes, pour une conférence de presse sous tension. Le bras droit battant la cadence au rythme de son pas: un, deux, un, deux... La main gauche, légèrement bombée, collée à sa jambe. Une raideur toute militaire ; celle qui l'habite quand il écoute les hymnes nationaux, lors de ses déplacements officiels à l'étranger.

Puisque le «roi» a «deux corps», selon Ernst Kantorowicz, François Hollande avait clairement choisi, mardi: donner à voir le corps politique, «immortel», pour faire oublier celui de chair et de sang, faillible, mortel. Le tour de passe-passe a parfaitement réussi, et il le sait. «Le président est très content, admet un conseiller. Il est aussi soulagé. Car sur le plan politique et le plan personn...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant