Le jour où Henry est entré un peu plus dans la légende

le
0
Le jour où Henry est entré un peu plus dans la légende
Le jour où Henry est entré un peu plus dans la légende

C'était il y a quatre ans jour pour jour. Cinq années après avoir quitté son club de toujours, Thierry Henry revenait à Arsenal pour filer un coup de main. Si l'attaquant prenait le risque d'écorner sa légende, sa pige s'est transformée en conte de fées dès son premier match. Une nuit historique où le meilleur buteur de l'histoire des Gunners a fait chavirer tout un peuple. Récit.

D'ordinaire si feutrée depuis son inauguration, l'enceinte de l'Emirates Stadium est saisie comme jamais par un étonnant bourdonnement. Tout le public d'Arsenal vient d'exulter à l'unisson. D'aucuns spectateurs, presque bouleversés par la scène à laquelle ils assistent, laissent même couler quelques larmes sur leurs joues rougies par la rudesse de l'hiver. Une effusion de joie et d'émotion à la hauteur de l'événement. Ce lundi 9 janvier 2012, à l'occasion d'un troisième tour de FA Cup contre Leeds United (1-0), Thierry Henry a sublimé un peu plus sa légende. Elle que l'on croyait pourtant déjà trop belle, trop éclatante, trop ébouriffante. Mais seul lui pouvait réussir l'inimaginable. Dix minutes après son entrée en jeu et à douze minutes de la fin du temps réglementaire de la rencontre, l'attaquant français suspend le temps. Sur un service lumineux d'Alexandre Song, il est trouvé excentré à gauche dans la surface et contrôle le cuir avant de réciter sa spéciale, comme au bon vieux temps. L'appui pied gauche parfait, l'angle d'ouverture idéal et cette finition d'un enroulé du pied droit dans le petit filet connue de tous.

" Dites-moi pas que c'est pas vrai "
Près de cinq ans après sa dernière apparition, celui qui arbore alors une barbe bien fournie claque son 227e but sous le maillot des Gunners. Ce retour triomphal, à la fois inespéré et digne d'un conte de fées, est tel qu'Henry, peu réputé pour célébrer ses buts, explose de joie sous les acclamations de la foule. Plus que le comeback à la maison de l'enfant chéri, c'est un rêve éveillé. "Je revenais juste de vacances au Mexique il y a quinze jours, je ne pensais pas que j'allais encore jouer pour Arsenal et marquer le but de la victoire, s'épanchait-il au micro d'ESPN, le souffle saccadé, au terme du match. Je voulais juste revenir et aider l'équipe. Puis, j'ai terminé comme l'homme du match. Ce n'était pas mon plan de devenir un héros ! Je me souviendrai toujours de cette nuit. Avec Arsenal, il se passe toujours quelque chose pour moi". Cette soirée-là, c'est surtout lui qui a un offert un souvenir impérissable aux fans. Francis Peyrat, président d'Arsenal France (association officielle des…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant