Le jour où Hambourg a refroidi le Roudourou

le
0
Le jour où Hambourg a refroidi le Roudourou
Le jour où Hambourg a refroidi le Roudourou

L'EAG joue sa qualification pour les 16es de finale face à un joli morceau : la Fiorentina. L'occasion de se rappeler qu'en 2009, un autre gros poisson, le Hambourg SV, était venu rendre visite au village breton. Pour une véritable correction.À la peine en championnat, les hommes de Jocelyn Gourvennec vont aujourd'hui prendre un bol d'air frais. Solidement accroché à la deuxième place du groupe K, l'EAG va une nouvelle fois profiter de son épopée européenne pour s'envoyer un peu de rêve. Ou du moins, tenter de faire vibrer ses supporters. Le défi sera de taille. Au match aller, la Fio - aujourd'hui leader du groupe - avait corrigé à Artemio-Franchi les Costarmoricains (3-0). Ensuite, Guingamp ne reste pas sur une dynamique très favorable : deux défaites consécutives dont une contre le voisin rennais. Enfin, la dernière fois que les Bretons ont accueilli un gros morceau européen, le Hambourg SV, ça s'était mal fini. Une autre époque pour des Hamburger aujourd'hui au fond du trou en Buli.
Du septième ciel à cinq pieds sous terre
Les trois coups de sifflet de l'arbitre retentissent, Guingamp est au paradis. Grâce à un doublé de leur buteur maison Eduardo, tous les membres du pensionnaire de Ligue 2 envahissent la pelouse du Stade de France, les bras tendus vers le ciel. Les Guingampais viennent de remporter la première Coupe de France de leur histoire. Leur victime du soir ? Rennes, le voisin de L1 beaucoup plus riche avec Pinault aux manettes, malgré un Olivier Thomert titulaire et un Pagis sur le banc. Un Rennes bien plus favori en tout cas que l'En Avant. Mais ce soir-là, la magie de la Coupe de France est bien trop grande et l'instinct de buteur d'Eduardo bien trop aiguisé. La victoire est belle et on en oublie presque l'essentiel : Guingamp jouera l'an prochain et la Ligue 2 et la Ligue Europa. Principal artisan de ce succès, Victor Zvunka est toujours fier de cet exploit. "On était super heureux, explique l'ancien entraîneur de Guingamp. Personnellement, ça allait être ma deuxième expérience en Coupe d'Europe après Châteauroux. Mais à ce moment-là, tu ne te projettes pas vraiment sur la Coupe. Pour nous, c'était plus le trophée. Ensuite, j'avoue avoir eu une discussion avec mon président, pour savoir quelles allaient être les ambitions du club. On perdait quand même Eduardo, Wilson Oruma Mais il m'a dit : "On a gagné la Coupe cette année. L'an prochain, on joue la montée !" Dans ma réflexion pour prolonger, ça a eu de l'importance."

Cependant, la vie n'est pas toujours rose et les réalités sportives reprennent le dessus. Depuis 1996 et son match nul obtenu à San Siro contre l'Inter...



À la peine en championnat, les hommes de Jocelyn Gourvennec vont aujourd'hui prendre un bol d'air frais. Solidement accroché à la deuxième place du groupe K, l'EAG va une nouvelle fois profiter de son épopée européenne pour s'envoyer un peu de rêve. Ou du moins, tenter de faire vibrer ses supporters. Le défi sera de taille. Au match aller, la Fio - aujourd'hui leader du groupe - avait corrigé à Artemio-Franchi les Costarmoricains (3-0). Ensuite, Guingamp ne reste pas sur une dynamique très favorable : deux défaites consécutives dont une contre le voisin rennais. Enfin, la dernière fois que les Bretons ont accueilli un gros morceau européen, le Hambourg SV, ça s'était mal fini. Une autre époque pour des Hamburger aujourd'hui au fond du trou en Buli.
Du septième ciel à cinq pieds sous terre
Les trois coups de sifflet de l'arbitre retentissent, Guingamp est au paradis. Grâce à un doublé de leur buteur maison Eduardo, tous les membres du pensionnaire de Ligue 2 envahissent la pelouse du Stade de France, les bras tendus vers le ciel. Les Guingampais viennent de remporter la première Coupe de France de leur histoire. Leur victime du soir ? Rennes, le voisin de L1 beaucoup plus riche avec Pinault aux manettes, malgré un Olivier Thomert titulaire et un Pagis sur le banc. Un Rennes bien plus favori en tout cas que l'En Avant. Mais ce soir-là, la magie de la Coupe de France est bien trop grande et l'instinct de buteur d'Eduardo bien trop aiguisé. La victoire est belle et on en oublie presque l'essentiel : Guingamp jouera l'an prochain et la Ligue 2 et la Ligue Europa. Principal artisan de ce succès, Victor Zvunka est toujours fier de cet exploit. "On était super heureux, explique l'ancien entraîneur de Guingamp. Personnellement, ça allait être ma deuxième expérience en Coupe d'Europe après Châteauroux. Mais à ce moment-là, tu ne te projettes pas vraiment sur la Coupe. Pour nous, c'était plus le trophée. Ensuite, j'avoue avoir eu une discussion avec mon président, pour savoir quelles allaient être les ambitions du club. On perdait quand même Eduardo, Wilson Oruma Mais il m'a dit : "On a gagné la Coupe cette année. L'an prochain, on joue la montée !" Dans ma réflexion pour prolonger, ça a eu de l'importance."

Cependant, la vie n'est pas toujours rose et les réalités sportives reprennent le dessus. Depuis 1996 et son match nul obtenu à San Siro contre l'Inter...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant