Le jour où Gary Lineker s'est chié dessus

le
0
Le jour où Gary Lineker s'est chié dessus
Le jour où Gary Lineker s'est chié dessus

Le 11 juin 1990, lors du premier match de l'équipe d'Angleterre du Mondial italien, au Stadio Sant'Elia, Cagliari, Gary Lineker a fait mieux que mouiller le maillot : il a souillé son short.

La seconde période n'a débuté que depuis quelques minutes, Gary Lineker reste au sol, assis. L'attaquant anglais, qui permet aux siens de mener 1-0 grâce à un but inscrit dès la 8e minute de cet Irlande-Angleterre du Mondial 1990, met du temps à se relever. Pourtant, il ne semble pas souffrir. Au lieu de reprendre le jeu, le buteur de Tottenham se fait glisser sur la pelouse humide du stade Sant'Elia de Cagliari, avant de se frotter les mains contre le sol. La scène dure 20 secondes. Hormis Pearce, Waddle, Robson et tous ses autres coéquipiers, personne ne sait ce qu'il vient de se passer. Et au vrai, personne n'y prête vraiment attention. Pourtant, Gary Lineker vient de faire caca incognito devant les caméras du monde entier.

Aucun carton dans sa carrière
Réputé pour son fair-play et son élégance, Gary Lineker, qui n'a reçu aucun carton - ni jaune ni rouge - de toute sa carrière, est à son apogée lorsqu'il se présente en Italie, à la pointe de l'attaque des Three Lions. Avec les Spurs de Tottenham, il vient de finir meilleur buteur du championnat d'Angleterre pour la troisième fois, après un passage au Barça qu'il qualifie de raté, n'ayant inscrit "que" 54 buts en 99 rencontres. Avec lui, Barnes, Gascoigne, Beardsley et Platt sur leur ligne d'attaque, en Italie, les Anglais se prennent à rêver, pour la première fois depuis 1966, d'un succès planétaire. Une croisade qui débute dans les îles, Cagliari et Palerme ayant été désignées pour recevoir les hooligans britanniques, mais également bataves. Avec l'Égypte et l'Irlande, les Pays-Bas forment en effet le reste de ce groupe F (comme "Fight"), que la FIFA préfère éloigner le plus possible du continent, en Sicile et en Sardaigne. Une croisade qui offre pour premiers adversaires aux Anglais leurs cousins irlandais. Tony Cascarino se rappelle d'un "match équilibré, comme c'est toujours le cas entre ces deux équipes : "Nous restions sur une belle série d'invincibilité face aux Anglais. L'Irlande jouait toujours bien contre l'Angleterre, c'était un match typique entre les deux équipes, très serré, joué sur un rythme très élevé. Et comme souvent, cela s'est...



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant