Le jour où Frank Lampard a relancé le débat sur la vidéo

le
0
Le jour où Frank Lampard a relancé le débat sur la vidéo
Le jour où Frank Lampard a relancé le débat sur la vidéo

Si la goal-line technology avait été mise en place dès la Coupe du monde 2010, l'Angleterre aurait peut-être connu un destin différent lors de ce Mondial sud-africain. Privés d'une égalisation évidente signée Lampard en huitièmes de finale contre l'Allemagne, les Anglais étaient rentrés au pays avec une défaite 4-1 dans la musette et un fort sentiment d'injustice.

Cinq ans après, la simple évocation du nom de Jorge Larrionda suffit certainement à faire remonter des souvenirs douloureux chez de nombreux supporters anglais. Car le dimanche 27 juin 2010, le natif de Montevideo est devenu persona non grata en Angleterre, voire même ennemi public numéro un. Le lieu du crime ? Le Free State Stadium de Bloemfontein en Afrique du Sud. Ce jour-là, dans une enceinte nourrie par les bruits assourdissants et déjà insupportables des vuvuzelas, Allemands et Anglais se disputent une place en quarts de finale de la Coupe du monde. Donnés favoris par tous les bookmakers, les protégés de Joachim Löw font rapidement honneur aux pronostics en ouvrant le score dès la 20e minute de jeu. Miroslav Klose s'amuse de Matthew Upson et crucifie le pauvre David James. L'Allemagne semble lancée. Douze minutes plus tard, Thomas Müller et ses chaussettes baissées décalent d'un lob astucieux Lukas Podolski pour le 2-0. Les Anglais sont à la rue. La moindre accélération allemande fait passer Terry et Upson pour des retraités venus participer à un jubilé. L'Allemagne semble se diriger tout tranquillement vers le prochain tour. Et pourtant. À la 37e minute, Gerrard décide enfin de réussir un centre et sert parfaitement Upson qui réduit le score, bien aidé par un Neuer parti cueillir quelques pâquerettes.

Le coup de théâtre de Larrionda


Dès le coup d'envoi de la seconde période, les hommes de Fabio Capello repartent à l'attaque. James Milner hérite du cuir au milieu de terrain et sert Jermain Defoe à l'entrée de la surface. Le ballon revient sur Frank Lampard qui ne se pose pas de questions. Le milieu de Chelsea, pourtant gêné par Khedira, tente sa chance du droit. Le ballon lobe Neuer, heurte la barre avant de rebondir derrière la ligne et de ressortir. Capello peut serrer les poings, Wayne Rooney peut exulter. L'attaquant de United saute dans les bras d'un Lampard qui, lui, ne s'enflamme pas. Et pour cause. Il a compris. Il a compris que quelque chose ne tournait pas rond, et particulièrement chez Jorge Larrionda et son arbitre assistant. L'Anglais vient de réaliser que son but n'était pas validé. Les ralentis vidéos abondent alors sur les chaînes de télévision du monde entier et rendent un implacable verdict : le but aurait dû être accepté, le ballon ayant franchi la ligne de près d'un mètre. Abattus par ce coup de théâtre arbitral, mais aussi dépassés physiquement et techniquement par la…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant