Le jour où... François Hollande a renoncé

le
19
Le jour où... François Hollande a renoncé
Le jour où... François Hollande a renoncé

Ils sont peu à être dans la confidence. Dans le cercle des intimes de François Hollande : Ségolène Royal et leurs quatre enfants. Eux savent que le président a renoncé à briguer un second mandat. Une décision qu'ils ont appuyée. Un choix historique aussi qu'il faut annoncer officiellement alors que le Tout-Paris bruisse de rumeurs contradictoires... Ce jeudi 1 er décembre, « ça a été une journée incroyablement longue », confie aujourd'hui Gaspard Gantzer, l'ancien Monsieur Com de l'Elysée. Comme lui, les plus proches conseillers n'ont été prévenus qu'au dernier moment, ce jeudi-là, dans la matinée. Le chef de l'Etat leur annonce qu'il compte faire une déclaration depuis le Château. « On a tout de suite compris », raconte l'un d'eux.

 

Quelque chose de brisé

 

Dans son bureau, François Hollande rédige son texte. Une partie de la trace qu'il va laisser dans l'histoire se joue là... Le président le sait. Il reprend, rature, répète. Sous les dorures, le temps s'étire. Et il faut rester discret. Impossible de prononcer cette allocution depuis le salon Napoléon où doit se tenir une remise de décoration dans la soirée. La déclaration aura lieu dans le studio télé du 2, rue de l'Elysée, qu'il faut préparer... en catimini.

 

Ce n'est qu'à la dernière minute, dans l'après-midi, que François Hollande se résout à décrocher son téléphone pour prévenir ses fidèles. Le secrétaire général de la présidence, Jean-Pierre Jouyet, son ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, l'ami Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture. Plus tard, il appellera le chef du gouvernement, Manuel Valls, qui brûle de se lancer dans la bataille électorale, et Jean-Christophe Cambadélis, le patron des socialistes. « J'ai été jusqu'au bout », dit le président à l'un d'eux. « Il n'était pas bien. Il y avait quelque chose de cassé en lui. Il avait perdu la flamme », raconte l'un de ses proches qui aura essayé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 il y a 4 mois

    Un vrai Baize naisse mane qui pèse 600 milliards de dette ..

  • M348281 il y a 4 mois

    Il aurait du se prononcer avant de se présenter la première fois. Le plus mauvais de la 5ème.

  • lorant21 il y a 4 mois

    5 ans... pour rien.

  • 34flora il y a 4 mois

    oui bizarre. à se demander si tout n'est pas trafiqué.

  • indyta il y a 4 mois

    un intellectuel s etait interrogé sur le comportement des electeurs, en elisant des personnages , qui font la politique ,qu ils ont refuté...?

  • 59paule il y a 4 mois

    malheureusement c'est aussi une majorité de français qui l'avait élu, tout comme micron aujourd'hui une fois de plus.FH est passé après le traquenard infligé à DSK. mais micron pourquoi ? sachant ce qu'il avait déjà trafiqué dans les comptes depuis 2012 avec le précédent gouvernement.... est-ce que les électeurs réfléchissent réellement, ou sommes-nous déjà dépassés par le remplacement ?

  • jyth01 il y a 4 mois

    Qui va croire qu'un petit élu local aurait eu les capacités pour diriger un pays? ya que quelques socialistes et des neuneus résultat de la faillite de l'EN, pour l'avoir cru.....pour le plus grand malheur et la honte de la France qui travaille et entreprend...

  • indyta il y a 4 mois

    et il y a un calendrier a la Prevert de toutes les decisions en depit du bon sens...

  • indyta il y a 4 mois

    le renoncement identitaire!bah ceux qui viennent arrivent avec leurs valises pleines a craquer de leurs identités!! et ils le clament haut et fort, donc, d un coté, il faut abandonner, pour accepter un communautarisme a sens unique...

  • jfvl il y a 4 mois

    Il devrait faire une commémoration pour ce jour où, pour la première fois, il rendit service à son pays ....