Le jour où David Seaman a claqué son plus bel arrêt

le
0

Pour certains, c'est un arrêt aussi beau que Gordon Banks devant Pelé lors du Mondial 1970. Pour d'autres, David Seaman a défié le temps et la gravité ce 13 avril 2003. Il y a treize ans jour pour jour, l'emblématique gardien d'Arsenal, alors trente-neuf piges au compteur, réalisait la plus belle parade de sa carrière. Récit.

Son crépuscule était écrit. Il avançait à grands pas de manière inexorable. Mais du haut de ses 39 ans, David Seaman se décide de repousser un peu plus la tombée de la nuit. Rien qu'une toute dernière fois. Ce 13 avril 2003, Arsenal croise le fer face à Sheffield United et se trouve à une marche de la finale de FA Cup. Tout Old Trafford s'est mis à la hauteur de l'événement en se parant de rouge et de blanc. Tout le peuple des Gunners, mis sur la voie du succès grâce à Fredrik Ljungberg en première période, retient son souffle alors que les dernières minutes s'égrènent dans une attente interminable. Le moment venu pour la queue de cheval de l'iconique portier britannique de s'envoler devant la tête de Paul Peschisolido.

Le but semble tout fait, mais Seaman se plaît à suspendre le temps en sauvant les siens d'un arrêt presque irrationnel. Par cette envolée salvatrice dans le ciel de Manchester, Arsenal valide son billet pour la finale de la compétition. "De tous mes arrêts depuis que j'ai commencé à jouer, celui à Old Trafford est sans doute le plus grand"David SeamanSon gardien, lui, vient juste de réaliser la plus belle parade de sa carrière. Devant près de 60 000 spectateurs proches de l'ébahissement. "J'ai été chanceux de pouvoir effectuer un ou deux arrêts importants sur penalty pour l'Angleterre mais depuis que j'ai commencé à jouer, celui à Old Trafford est sans doute mon plus grand, s'épanchait-il l'année dernière au Daily Mail. C'était spécial car c'était le 1000e match de ma carrière". Une 1000e resplendissante en forme de baroud d'honneur pour une légende encore saluée, treize ans après, pour cet instant de grâce.

Youtube

Critiques et départ annoncé


Parce qu'en treize saisons passées à traîner sa moustache et son physique de colosse, David Seaman a conquis et fait chavirer les cœurs comme peut-être personne dans les bois d'Arsenal. Arrivé chez les Canonniers en provenance des Queens Park Rangers à l'aube des nineties, celui qu'on surnomme "Spunky" suscite au départ de la méfiance en raison de la popularité dont jouissait…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant