Le jour où David Jemmali aurait pu signer à l'Inter

le
0

Dans les derniers instants du mercato de l'été 2005, David Jemmali aurait pu faire ses valises, direction Milan. Un rendez-vous manqué que l'ancien défenseur attribue à la malchance, tandis que son agent parle d'un refus du joueur. Retour sur une histoire dingue, faite de coups de téléphones ratés et d'histoire d'amour.

C'est par une sacrée tuile que la saison 2005-2006 de l'Inter démarre. En ouverture de la Serie A, le 28 août, les joueurs de Roberto Mancini atomisent Trévise à San Siro, grâce à un triplé d'Adriano, mais perdent Javier Zanetti, blessé aux adducteurs et out pour trois mois. En galère de doublure crédible au poste d'arrière droit, les Nerazzurri ont trois jours pour trouver un joueur opérationnel tout de suite, capable de remplacer le défenseur latéral le plus classe du monde dès la prochaine journée, sur la pelouse de Palerme. Dans l'esprit de Mancini, un nom sonne comme une évidence : celui de David Jemmali, tant le Franco-Tunisien a fait forte impression un mois plus tôt, lors d'un match de préparation entre l'Inter et les Girondins de Bordeaux. Mais malheureusement pour les futurs champions d'Italie (sur tapis vert, ndlr), l'histoire ne va pas se dérouler comme prévu. Et c'est le Camerounais Pierre Womé qui viendra jouer les pompiers.

Une douche trop longue


À l'époque, les raisons pour lesquelles David Jemmali rempilera pour une septième saison avec les Girondins, plutôt que de découvrir Milan, semblent rocambolesques. Dans L'Équipe du 1er septembre 2005, celui qui a alors trente ans explique que tout s'est joué sur une histoire de messages téléphoniques écoutés trop tard : "Tout à l'heure, après l'entraînement, vers 19h, j'ai eu mon agent au téléphone, qui m'a dit que l'Inter Milan l'avait appelé pendant la séance, en se montrant très intéressé par ma venue. Malheureusement, comme je m'entraînais, nous n'avons pas pu discuter. C'est une histoire incroyable ! Ce n'est pas Saint-Aubin-du-Médoc qui m'a contacté, c'est l'Inter, un grand club !" Manque de pot, en Italie, cette année-là, le mercato clôt à 19h. Et comme le joueur l'explique à nouveau en 2008, s'il n'avait pas traîné sous la douche, c'est un doublé coupe-championnat d'Italie qui s'afficherait sur son CV. "Le mercredi, on s'entraîne toujours le matin, à 10h, c'est immuable. Sauf ce jour-là, où la séance est à 16 heures. À la fin, je traîne, je me douche, je discute. Je n'écoute mes messages qu'avant de partir, il est 19h passées. Il y en a quatorze ! Mon agent me dit de le rappeler de toute urgence. Et il m'annonce qu'à dix minutes près je signais à l'Inter ! " L'histoire paraît tellement dingue, que pour en avoir le cœur net, il est plus prudent de se la faire confirmer une…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant