Le jour où Darío Silva a perdu sa jambe

le
0
Le jour où Darío Silva a perdu sa jambe
Le jour où Darío Silva a perdu sa jambe

Le 25 septembre 2006, le monde apprend que l'international uruguayen, Darío Silva, qui avait connu son quart d'heure de gloire en France après un match de poule du Mondial 2002 (0-0) où il s'était comporté en véritable hyène, a été amputé. Depuis, un peu comme un reptile dont les membres repoussent, l'attaquant a connu plusieurs vies.

Sa carrière touchait à sa fin. Il avait beau avoir 49 sélections avec la Celeste à revendiquer, Darío Silva avait déjà 34 ans et se trouvait sans club depuis plus de six mois. Libéré par Portsmouth, le 14 février, autrement dit lourdé un jour de Saint-Valentin, le teigneux attaquant uruguayen n'était toutefois pas encore résolu à raccrocher les crampons. Une pige au Nacional Montevideo était même dans l'air. Mais la carrière de la cabra (la chèvre), son surnom, connaîtra un épilogue brutal. Un petit matin de septembre, dans une rue de Montevideo, un véhicule part en tonneau avant de s'écraser contre un poteau électrique. Avant le choc, qui se serait produit à près de 100 kilomètres/heure, le conducteur venait de se baisser pour ramasser une part de gâteau tombée au sol. Traumatisme crânien et perte de connaissance, Darío Silva est interné à l'hôpital en état critique. Les médecins parviendront à lui sauver la vie, mais pas sa jambe droite, qui a subi de multiples fractures lors de l'accident. Le 25 septembre, la nouvelle est communiquée au monde : l'attaquant uruguayen Darío Silva a été amputé.

Aviron et équinothérapie


Quand la décision est prise de l'amputer, Darío Silva se trouve sous coma artificiel, et ne se découvrira unijambiste qu'une fois réveillé. Malgré ce sale coup de la vie, l'avant-centre qui disputait chaque ballon comme s'il s'agissait du dernier ne s'est jamais apitoyé sur son sort. Son handicap, il préférait même en rire, moins d'une semaine après l'accident : "Je me trouvais en fin de carrière, ma réaction aurait été différente si j'avais 20 ans, déclarait-il, j'ai dit aux médecins qu'ils m'avaient amputé pour m'empêcher de jouer au Nacional." Silva était identifié aux couleurs des Peñarol, le grand ennemi du Nacional, l'autre géant uruguayen. Ses buts avec les Carboneros lui vaudront l'intérêt de l'Europe, en 1995. Après trois saisons en Italie, à Cagliari, Silva s'installera en Liga : Espanyol Barcelone, Málaga, puis FC Séville. Quelques semaines après sa sortie d'hôpital, l'attaquant se lance un nouveau défi : participer aux Jeux olympiques de Londres, pas comme footballeur, mais en aviron, une discipline qu'il pratiquait enfant.

 Darío Silva a su se réinventer. Et plutôt deux fois qu'une.

Si l'estropié n'est finalement pas parvenu à concrétiser son rêve olympique, il a ensuite investi son temps et son…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant