Le jour où CR7 s'est fait les Bleuets

le
0

Avant de devenir la machine à buts du Real Madrid, Cristiano Ronaldo était ce jeune garçon aux mèches blondes, futur grand espoir du Portugal. Barragiste pour l'Euro 2004 Espoirs, l'ailier en avait profité pour montrer son talent face à la France.

"On en avait déjà entendu parler. Il jouait au Sporting Portugal à ce moment, mais il avait déjà la cote un peu partout. Sans avoir joué contre lui, on connaissait sa réputation. Et sur le terrain, on a bien vu ses qualités." Depuis la région de Pérouse où il effectue sa préparation d'avant-saison, Bernard Mendy garde en mémoire cette première fois où, le temps de deux matchs consécutifs, les jeunes coqs avaient eu le temps de se frotter à l'un des futurs meilleurs joueurs du monde. "Même si on voyait clairement qu'il avait des aptitudes pour devenir Ballon d'or, on savait qu'il ne serait pas le seul danger, détaille Mendy. Ils avaient aussi Quaresma, Heldér Postiga ou leur capitaine Ricardo Costa. Mais nous aussi, on était pas mal : Djibril Cissé et Philippe Mexès étaient redescendus des A pour nous filer un coup de main." En somme, on assistait probablement à ce qu'il se faisait de mieux dans les deux pouponnières de chaque nation, le tout en match aller-retour. Grand artisan de la victoire des siens à Guimarães grâce à un doublé (2-1), le Djib' place la France dans une position très confortable avant le match retour prévu le 17 novembre 2003, au stade Gabriel-Montpied, à Clermont-Ferrand. En réalité, c'est le début des emmerdes pour Cissé et sa bande.

Arbitrage foireux et provoc' portugaise


Au cœur de l'Auvergne, la France joue donc sur ses terres la qualification pour le tournoi U21 en Allemagne. Enfin, officiellement. Grâce à une belle idée de la FFF, les Bleuets reçoivent dans une ville hôte de la 2e communauté portugaise de l'Hexagone. Résultat des courses : des sifflets pendant la Marseillaise pour un match qui n'avait pas besoin d'une pression supplémentaire. Dès le début de match, le blond peroxydé est bien cerné par l'arrière-garde lusitanienne. Milieu de terrain titulaire, Lionel Mathis raconte. "Les Portugais étaient attentifs et ils avaient raison après le match aller de Djibril, mais je n'ai pas vu de traitement de faveur particulier. En revanche, l'arbitrage était particulièrement mauvais. Et sur un match aussi important, ça fout vraiment les boules." Avec malice, le Portugal parvient à tirer son épingle du jeu : Quaresma trouve CR7. D'une demi-volte, le prodige effectue une frappe en pivot pour surprendre Mexès au marquage et battre Nicolas Penneteau (29e). Le match est lancé.

"Cristiano Ronaldo et…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant