Le jour où Caen a joué la Coupe d'Europe

le
0
Le jour où Caen a joué la Coupe d'Europe
Le jour où Caen a joué la Coupe d'Europe

Après 17 journées, le SM Caen est sur le podium de la Ligue 1. Presque de quoi rêver à la Coupe d'Europe. À l'automne 1992, les Normands ont déjà goûté à la Coupe de l'UEFA contre Saragosse. L'un des plus importants souvenirs du club, mais aussi l'un des plus douloureux.

"Ah, j'ai rarement vu un trio de nullos pareil... Faudrait les empailler ceux-là." Le 1er octobre 1992, l'arbitrage n'a pas l'air de plaire à Thierry Rolland, qui lâche alors l'une de ses plus fameuses saillies au micro de TF1. D'ailleurs, il ne plaît à personne, l'arbitrage. Le Stade Malherbe de Caen est en train de perdre 2-0 à la Romareda, à Saragosse. À la 24e minute, c'est l'Uruguayen Gustavo Poyet qui permet à Saragosse de se mettre sur de bons rails. Globalement dominés, les Caennais lâchent le match et concèdent le but du break peu après l'heure de jeu. Andreas Brehme, champion du monde avec l'Allemagne deux ans plus tôt, enfonce le clou. Le Stade Malherbe est éliminé. Pourtant, malgré son statut de petit poucet de la compétition, les Caennais n'ont pas démérité, et peuvent avoir mille regrets.

Un match aller de fou furieux


"C'était notre premier match de Coupe d'Europe. On était dans l'inconnu et pas certain de pouvoir faire bonne figure", se souvient Stéphane Dedebant. Pourtant, au match aller, les Caennais sont euphoriques au stade de Venoix, notamment Xavier Gravelaine, en feu. "C'est le match qui a lancé ma carrière médiatiquement. Surtout qu'un mois après, j'étais appelé en équipe de France. C'est sûrement un de mes trois meilleurs souvenirs de mes 17 ans de carrière", expliquait Xavier Gravelaine dans les colonnes de Ouest France. D'ailleurs, dès la sixième minute, c'est lui qui glisse le ballon à Stéphane Paille, son compère de l'attaque, qui n'a plus qu'à la pousser au fond. Dix minutes plus tard, Gravelaine double la marque d'un enchaînement bergkampesque. Ultradominés, les Espagnols parviennent à réduire le score par l'intermédiaire de Sanjuan. Pas grave, le duo Gravelaine-Paille frappe une troisième fois. Le premier centre pour le second qui lâche une reprise de volée dans le petit filet. À la mi-temps, les Normands sont séduisants, invincibles, et surtout, ils mettent leurs opportunités au fond.


Malheureusement, la deuxième période sera tout autre. Les occasions sont toujours là, mais Gravelaine ne les convertit plus. "C'était frustrant. Xavier et Stéphane ont fait un gros match, mais ils…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant