Le jour où Bernabéu a découvert Di Stéfano

le
0
Le jour où Bernabéu a découvert Di Stéfano
Le jour où Bernabéu a découvert Di Stéfano

C'était le 28 mars 1952. Le stade madrilène et Santiago Bernabéu voient pour la première fois "La Saeta Rubia", l'homme qui va changer l'histoire du club. C'était sous le maillot des Colombiens de Millonarios.

Noemí Sanín a les larmes aux yeux. Ancienne politique devenue dirigeant de club, la dame maitrise les discours. Elle lève son verre, annonce un toast. "En hommage à un joueur de football, la Saeta Rubia, ce danseur du Ballet Azul, un grand être humain, au président d'honneur du Real Madrid, à notre exemple, à la personne à qui nous devons l'histoire des Millonarios". Nous sommes en septembre 2012, et le club de Bogota rend un vibrant hommage à celui qui a porté le maillot bleu entre 1949 et 1952. "C'est une équipe que je porte dans mon cœur, sachant que j'y ai passé une belle partie de ma jeunesse", affirme Alfredo Di Stéfano à la fin de la cérémonie. Grâce à la légende argentino-espagnole et aux souplesses de la FIFA, un club fondé trois ans auparavant va se hisser sur le toit du monde à coups de renforts et de football esthétique. C'est l'époque d'El Dorado des Millonarios, celle qui débute en 1949, quand Adolfo Pedernera, Alfredo Di Stéfano et Néstor Raúl Rossi rejoignent la capitale colombienne. Trois titres de champion plus tard, les Millonarios des étoiles argentines, très prisés dans le monde, se rendent à Madrid. En mars 1952, ils viennent fêter les noces d'or du Real, dans un tournoi à trois équipes, avec le Norrköpping suédois. Nous sommes le 28 mars 1952, et le public du Nuevo Estadio Chamartín et Santiago Bernabéu vont découvrir l'un des plus grands joueurs de l'histoire de ce sport.

Di Stéfano est mort

River rejette l'invitation du Real


À l'été 1949, Alfredo Di Stefano quitte River Plate, le club qui l'a vu naitre. La cause ? Une offre alléchante venant de Colombie, qui vient de créer un championnat parallèle à la marge de la FIFA. L'exil débute avec les argentins qui émigrent à Bogota, les brésiliens majoritairement à Barranquilla, et les uruguayens à Cucutá. Une ligue "illégale" selon l'instance du football mondial qui accueille alors les meilleurs joueurs du continent. Di Stefano et deux compagnons de l'immense Maquína enfilent le maillot bleu du club fondé par Alfonso Senior. Outre écraser le football local, le club de Bogota se fait désirer à l'étranger : tournées, matchs amicaux, les Millonarios se trimballent dans le…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant