Le jour où... Bastia s'est payé le Torino

le
0
Le jour où... Bastia s'est payé le Torino
Le jour où... Bastia s'est payé le Torino

Vaincre un cador italien à l'extérieur, dans l'armoire du foot français, c'est aussi rare que des trophées européens. Mais le Sporting Bastia l'a fait, le 7 décembre 1977, avec la manière. Entre neige, cheveux longs et têtes de Maure.

Derrière les panneaux publicitaires estampillés Martini ou Club Med, un épais manteau blanc coiffe la piste d'athlétisme. Sous la brume turinoise, 70 000 spectateurs garnissent les travées du Stadio Comunale de Turin. Ce mercredi 7 décembre 1977, l'hiver est arrivé avant l'heure dans le nord de l'Italie. Pourtant, pas moins de 15 000 supporters bastiais se donnent rendez-vous dans la capitale piémontaise. Qu'ils viennent de l'île de Beauté, des bords de la Méditerranée ou du reste de la métropole, tous sont venus pousser le Sporting Étoile Club Bastia en Coupe d'Europe. Torino - Bastia, une vraie affiche de prestige pour le club corse qui effectue seulement sa deuxième participation dans une compétition européenne (après l'élimination au premier tour de la C2 1972-73 par l'Atlético de Madrid). Eraldo Pecci, Renato Zaccarelli, Paolo Pulici, Francesco Graziani (futur champion du monde 82) et les homonymes Claudio et Patrizio Sala : le Torino ne manque pas d'internationaux, qui embarqueront à l'issue de la saison vers l'Argentine disputer le Mundial 78 sous la tunique de la Nazionale.

Scudetto, coup de massue et extra-communautaires


Avec la Juve, le grand rival qui partage le même stade, Il Toro domine le football italien de la fin des seventies. Les Grenats multiplient les places d'honneur et décrochent le Scudetto cuvée 76. À l'heure du tirage au sort des huitièmes de finale de la C3, comme le Barça de Johan Cruyff, l'équipe turinoise fait figure d'épouvantail. Mais le hasard du tirage au sort effectué à Zurich sonne comme un coup de massue pour le Sporting : ce sera une double confrontation face au Torino, avec match retour à l'extérieur. Un détail qui a son importance, puisque depuis le début de la compétition, les Bastiais sont à chaque fois allés chercher leur qualif' sur le terrain adverse. D'abord face à un autre Sporting (Portugal), lorsque Johnny Rep délivre les siens à la 86e minute du match retour (3-2, 1-2), puis à Newcastle, où la star néerlandaise plante un doublé salvateur (2-1, 1-3).

" C'était une saison extraordinaire, se remémore l'attaquant hollandais, arrivé en provenance de Valence à la suite d'un litige avec le président du club espagnol. Là-bas, il n'y avait que deux places d'extra-communautaires. Pour assurer ma place à…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant