Le jour où Basile Boli a signé à Monaco

le
0
Le jour où Basile Boli a signé à Monaco
Le jour où Basile Boli a signé à Monaco

Il y a 20 ans jour pour jour, Basile Boli quittait l'Écosse et les Rangers pour s'engager avec l'AS Monaco. Sur le Rocher, il retrouvait ses potes de l'OM, le championnat de France et l'envie de revenir en équipe de France. Il n'y restera que 13 matchs. Le temps d'en gagner trois, de se prendre un K.O. en 16/9 et de repartir par la petite porte. Au Japon.

Difficile d'oublier Basile Boli sous le maillot de l'OM. Ses larmes de Bari, son coup de casque de Munich, celui contre le PSG au Vélodrome le match suivant. Bref, Basilou était un guerrier. Un roc que rien ne semblait altérer... Jusqu'à l'affaire VA-OM. Là, blessé et perdu, Basile Boli a pris le chemin des Rangers. En Écosse. Une saison plus tard, il revient en France alors qu'il était encore sous contrat pour trois saisons avec les Gers. Bordeaux, Marseille tentent leur chance. Monaco aussi. Banco. Il débarque sur le Rocher en tant que joker au cœur du mois d'août. Sur les ondes de France Info, il ne cache pas son enthousiasme de retrouver son championnat préféré : "Je suis heureux d'arriver dans un grand club européen. C'est un beau challenge personnel. Qui plus est, je suis content de retrouver mes anciens coéquipiers de Marseille, Barthez, Di Méco et Anderson."

Crâne rasé et moustache Eddy Murphy


Acheté 20 millions de francs par le champion d'Écosse, Glasgow voulait quand même rentrer dans ses frais. Depuis le transfert de Mark Hateley du Rocher aux Gers, les deux clubs s'entendent plutôt bien. Ce fut chose faite. Tout le monde y trouve son compte, à commencer par l'entraîneur monégasque Jean Tigana qui, à l'époque, se réjouissait de cette arrivée. "Depuis le début du championnat, on a pris trop de buts. Il fallait faire quelque chose. Basile est aussi un leader intéressant et dans le groupe, cela en fera un de plus. Tant mieux." Sur le Rocher, Tigana a pourtant du monde en charnière : Franck Dumas, Lilian Thuram, Emmanuel Petit. Mais la puissance de Basile Boli et son aura sont un vrai plus pour le club asémiste.

Ses premiers jours du côté de La Turbie sont parfaits. Crâne rasé, moustache Eddy Murphy, Boli est content de retrouver "les Marseillais" à la Turbie. A priori, il est loin d'être cramé. On l'oublie, mais Boli n'a que 28 ans. Officiellement. Pourtant, le stoppeur est à la rue physiquement. En Écosse, il n'a joué que trois petits matchs amicaux depuis trois mois. Mais l'homme est motivé. "Pour l'équipe de France, je n'ai pas dit mon dernier mot et je suis venu à l'ASM pour gagner le championnat", lâche-t-il dans les colonnes de L'Équipe le lendemain de son premier entraînement. Le début de la fin. Ses premiers pas monégasques dans le championnat de France sont compliqués. Son style ne…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant