Le jour où... Arsenal a chipé le titre à Liverpool

le
0
Le jour où... Arsenal a chipé le titre à Liverpool
Le jour où... Arsenal a chipé le titre à Liverpool

Il était écrit que Liverpool, équipe la plus sexy des eighties, ne pouvait tout simplement pas gagner la First Division en 1989. La faute à un but plein de suspense du jeune joueur d'Arsenal Michael Thomas, bien plus important en termes de conséquence que ce que l'on peut imaginer.

Dans le football anglais, il y eut un avant et un après 26 mai 1989. Définitivement. Lorsque Arsenal se pointe à Anfield pour la toute dernière journée de First Division circa 1988-89, tout le monde se demande à quelle sauce les Gunners vont être mangés par les Reds. Même le Daily Mirror titre " C'est peine perdue, Arsenal ! ". Et pour cause. Depuis le 2 janvier, cela fait vingt-quatre matchs que Liverpool n'a plus perdu en compétition. Mieux, ils ont remporté vingt de leurs matchs, dont une FA Cup face à l'ennemi juré Everton. En championnat, Liverpool roule à toute berzingue sur la M1 de la victoire. Une seule équipe lui suce la roue : Arsenal, à trois points derrière. À dire vrai, l'issue du championnat anglais aurait pu se décider bien en amont pour Liverpool puisque cet ultime match face à Arsenal aurait dû se dérouler plusieurs semaines avant, le 23 avril 1989. Mais huit jours plus tôt, la tragédie de Hillsborough, ses quatre-vingt seize décès et ses sept cent soixante-six blessés en ont décidé autrement.

Cet événement qui constitue la catastrophe la plus meurtrière jamais survenue dans le football vient une nouvelle fois rouler dans la boue l'image d'un football anglais déjà bien salie par le drame du Heysel et par les hordes de hooligans qui s'illustrent tous les week-ends dans ses travées. De fait, le match entre Liverpool et Arsenal est repoussé le mois suivant et, hasard des résultats sportifs des uns et des autres, constitue une finale inédite en First Division. Inédite et quelque peu déséquilibrée puisque les Gunners se sont totalement écroulés en deuxième partie de saison, ne remportant que dix de leurs vingt derniers matchs, alors qu'ils possédaient quinze points d'avance sur Liverpool à la trêve. Surtout, ils n'ont plus gagné à Anfield depuis quinze ans. Mais pas impossible : pour espérer ravir le titre aux Reds, Arsenal doit simplement gagner par deux buts d'écart.
Et Michael Thomas crucifia Bruce Grobbelaar...
George Graham, le coach des Londoniens, surprend son monde en alignant un innovant 5-4-1 avec le vétéran David O'Leary essayé pour la première fois au poste de libero. La plèbe s'imagine donc voir sur le billard d'Anfield un paroxysme du boring Arsenal installé cette saison par le technicien écossais. Sauf qu'il s'agit plus en réalité d'un 3-5-2 dans lequel Dixon et Bould sont censés apporter le danger en phase offensive et surtout, bloquer les...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant