Le "jobbing", des mini-emplois pour arrondir les fins de mois

le
0
Le "jobbing", des mini-emplois pour arrondir les fins de mois
Le "jobbing", des mini-emplois pour arrondir les fins de mois

Réparer une fuite d'eau, garder un hamster, traduire un CV... Pour arrondir leurs fins de mois, des milliers de particuliers passent par des sites de "jobbing" pour proposer des services contre rémunération, au risque de tomber parfois dans le travail au noir.Depuis un an et demi, une douzaine de sites sont apparus: YoupiJob, Frizbiz, Jemepropose, iFastask, MonAbeille, etc. Les sites généralistes de petites annonces, comme Le Bon Coin, se sont aussi positionnés.Le principe: un internaute publie sa requête et la somme qu'il est prêt à débourser, puis il choisit parmi ceux qui se portent candidats, appelés "jobeurs". Du petit bricolage au service à la personne, en passant par l'aide informatique ou le jardinage, ces mini-emplois peuvent rapporter d'une dizaine à plusieurs centaines d'euros."Ce complément de revenu m'a souvent sauvée", témoigne Sara Sashka, 23 ans, étudiante en psychologie qui jongle entre un mi-temps de garde d'enfant et ses missions sur YoupiJob. Inscrite sur le site depuis un an, elle y fait "un peu de tout, ménage, repassage, babysitting, traduction", pour "200 à 400 euros par mois".De son côté, François Monchiet est inscrit sur Frizbiz. Le nordiste de 27 ans en tire "entre 300 et 500 euros mensuels" grâce à de "gros travaux", notamment de menuiserie, en parallèle d'un emploi à plein temps chez un fabriquant de fauteuils."Rien de pharaonique" non plus pour Eric Lacote, intérimaire de 52 ans, qui gagne "entre 200 et 300 euros par mois" en faisant du bricolage sur YoupiJob. "Nos jobeurs gagnent en moyenne 280 euros par mois", indique Bertrand Tournier, cofondateur de YoupiJob. Le site revendique "120.000 membres, dont environ 80.000 qui proposent leurs services".Chez le concurrent Frizbiz (plus de 50.000 membres), "les meilleurs jobeurs peuvent atteindre 500 à 1.000 euros par mois", selon son cofondateur, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant