Le jeune Français qui échauffe les stars

le
0
Le jeune Français qui échauffe les stars
Le jeune Français qui échauffe les stars

Quand on a 20 ans et qu'on est 447e mondial, cela reste possible de se retrouver au Masters, au milieu des huit meilleurs mondiaux. C'est ce que vient de vivre le jeune Hugo Grenier, présent à Londres cette semaine, invité comme partenaire d'entraînement grâce au programme d'accompagnement organisé entre l'ATP et son sponsor Tecnifibre. « On me l'a proposé en septembre, un peu comme une récompense de ma saison ! Cela me permet d'acquérir de l'expérience, de voir comment ces gars fonctionnent, et puis de voir les matchs aussi », raconte le Stéphanois, qui s'entraîne à Cannes.

 

Il a ainsi tapé avec Nishikori, Thiem, Murray, Raonic et Djokovic. « J'étais un peu tendu au début, encore plus quand j'ai joué sur le central avec Dominic Thiem puis un double avec les frères Bryan. C'était vraiment impressionnant. J'essaie de faire le job, de mettre de l'intensité, de me concentrer sur mon tennis. »

 

Moqueur avec Djokovic

 

Il est même devenu le chouchou de Novak Djokovic : « J'ai joué dès samedi avec lui et Boris Becker était plutôt content. Il m'a donc demandé de faire le sparring toute la semaine. Ils ont été super sympas avec moi et m'ont donné des conseils. C'était vraiment génial. »

 

Il était ainsi au Queen's ce vendredi pour taper avec le Serbe, qui a choisi de ne pas toujours s'entraîner à l'O2 Arena. Le petit Bleu était si à l'aise qu'il s'est permis quelques facéties. « Novak arrive souvent en retard, donc on attend... Vendredi, on lui a fait croire qu'on était partis ! On avait laissé un mot : Désolé, on est rentrés, tu te débrouilles, et on s'était cachés derrière une bâche. On l'a vu arriver, puis regarder ses coachs et tout ! Là, on est sortis et il l'a super bien pris. On appréhendait un peu mais il était mort de rire, disait que c'est la première fois qu'on lui avait fait ça. » La semaine à venir risque d'être plus terne. Hugo sera en Turquie pour un tournoi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant