Le jeu suicidaire des sept gauches

le
5
Benoit Hamon, Marie-Noëlle Lienemann, Gérard Filoche, Christian Paul et Arnaud Montebourg participent aux Journées d'été de La Rochelle, le 11 septembre.
Benoit Hamon, Marie-Noëlle Lienemann, Gérard Filoche, Christian Paul et Arnaud Montebourg participent aux Journées d'été de La Rochelle, le 11 septembre.

Le « tout sauf Hollande » semble être l’ultime ressort d’une gauche en lambeaux, promise à l’élimination dès le premier tour de l’élection présidentielle, dans huit mois.

A gauche, l’histoire se répète, en pire. Reportons-nous à l’automne 2008. Isolé, esseulé, décrié, François Hollande quitte la direction du Parti socialiste (PS) après onze années alternant périodes fastes – la gauche plurielle des années Jospin, le quasi grand chelem aux régionales de 2004 – et échecs vertigineux – le 21 avril 2002, la victoire du non au référendum de 2005 sur l’Europe. Le congrès du PS, à Reims, solde méchamment les comptes : le « tout sauf Ségolène Royal » permet à Martine Aubry d’arracher la victoire et à Jean-Luc Mélenchon de claquer la porte du parti.

Automne 2016 : isolé, esseulé, vilipendé, François Hollande achève son mandat présidentiel après quatre années calamiteuses qui auront ramené la gauche à son étiage le plus bas. Le « tout sauf Hollande » semble être l’ultime ressort d’une gauche en lambeaux, promise à l’élimination dès le premier tour de la prochaine élection présidentielle, dans huit mois.

Et ce ne sont plus, comme pendant longtemps, deux gauches qui s’affrontent, celle de compromis et de gouvernement d’un côté, celle de rupture et d’opposition de l’autre.

Mais bien sept gauches, morcelées, jalouses de leurs singularités autoproclamées, empêtrées dans leurs manœuvres et boursouflées d’egos. Le spectacle qu’elles ont donné, le week-end passé, à La Courneuve, où se tenait la traditionnelle Fête de L’Humanité, et à La Rochelle où se retrouvaient les socialistes « frondeurs », est tout bonnement pathétique. Sept gauches, donc. Encore s’agit...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • miez1804 il y a 4 mois

    Ils ont gagné en 2012 avec le "tout sauf Sarko", voici l'addition!!

  • bordo il y a 4 mois

    Moi je trouve que 7, ce n'est pas beaucoup, il devrait y avoir plus de candidats à gauche, beaucoup plus, des dizaines. N'oublions pas que c'est Taubira qui nous a débarrassé de Jospin...

  • M586441 il y a 4 mois

    Les députés à la trappe en 2017, donc moins de financements publics, donc descente aux enfers du PS, et qu'il y reste.

  • M2496916 il y a 4 mois

    Pourvou qué ça doure !!!

  • mucius il y a 4 mois

    Tout ça est très bien