Le jeu en réalité virtuelle, c'est bluffant  !

le , mis à jour à 08:37
0
Le jeu en réalité virtuelle, c'est bluffant  !
Le jeu en réalité virtuelle, c'est bluffant  !

Il impressionne avec sa grosse coque plastifiée et ses diodes luminescentes bleues. Commercialisé à partir d'aujourd'hui, le PlayStation VR de Sony, que nous avons pu tester en avant-première pendant quelques jours, est pourtant le casque qui peut démocratiser la réalité virtuelle. Vendu 399 €, soit deux fois moins cher que les HTC Vive et Oculus Rift par exemple, le PS VR, comme disent les spécialistes, se branche simplement sur une console PlayStation 4 (équipée d'une caméra à détection de mouvements) et non sur un ordinateur surpuissant.

 

Une fois sur la tête, on écarquille les yeux en entrant dans un monde fictif. Ça commence comme dans un film avec le jeu London Heist, le plus séduisant des cinq titres livrés avec l'appareil. Nous voilà dans la peau d'un gangster londonien. La 3D est bluffante, les environnements réalisés avec soin — même s'ils manquent de précision graphique. Les personnages que nous croisons semblent s'adresser à nous comme dans un film d'animation.

 

A la place de la manette sans fil, c'est un pistolet que l'on voit bouger dans nos mains à l'unisson de nos propres mouvements. L'immersion est réelle au moment de tirer sur nos rivaux, bras en avant, avec l'étrange et agréable sentiment de faire entièrement partie du scénario.

 

Le tournis après un quart d'heure de course effrénée

 

Place à l'adrénaline de la vitesse avec un tour de circuit au volant d'un des 80 bolides de Driveclub VR (40 €). On s'installe à bord d'une Mercedes et, comme dans la vraie vie, il suffit de tourner la tête de droite à gauche et même complètement vers l'arrière pour admirer l'intérieur de l'habitacle, fidèlement reproduit, avec nos deux mains virtuelles sur le volant. Malheureusement, les décors extérieurs, là aussi, pèchent par une définition très en deçà des jeux classiques. La sensation de vitesse est là, l'amusement également. Mais un quart d'heure de course effrénée vient ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant