Le jeu concours pour gagner une maison ne trouve pas preneur

le
0

Les résultats de l'opération ont été repoussés pour la troisième fois. De quoi agacer les participants, qui attendent pour certains depuis un an. La propriétaire reste pourtant persuadée que ce procédé sera courant dans quelques années.

C'était il y a un an et demie. Le 19 août 2013, Natacha Baudier lançait un jeu concours pour faire gagner sa maison située dans les Ardennes. Évaluée à quelque deux millions d'euros, la bâtisse n'avait pas trouvé d'acquéreur. Sa propriétaire pensait donc qu'un jeu concours pourrait lui permettre de se débarrasser de ce bien devenu encombrant sans y laisser trop de plumes.

En février 2014, la divulgation des résultats est repoussée une première fois de six mois, faute d'un «nombre suffisant» de participants. En août, rebelote, le jeu est à nouveau prolongé de six mois. Le couperet devait tomber le' février dernier. Mais là encore, c'est la désillusion. La date butoir est repoussée pour la troisième fois, cette fois au' août 2015. Natacha Baudier révèle n'avoir obtenu qu'environ 15.000 participations, au lieu des 150.000 espérées pour rentrer dans ses frais.

Dans un message posté sur le blog dédié à l'opération, la propriétaire annonce étrangement que, comme le permet le règlement, «le jeu peut être prorogé de six mois renouvelable une fois». Soit... deux fois. De quoi déstabiliser certains participants, qui commencent à douter de l'honnêteté du jeu. Ils ont déboursé 10 euros et pour la plupart attendent le résultat avec davantage de curiosité que d'impatience. «Mais l'idée de me faire balader ne me plaît pas du tout», s'agace Jean*, après l'annonce de ce nouveau délai.

Une possibilité de se faire rembourser

«Je comprends que cette nouvelle attente est (sic) difficile, écrit Natacha Baudier sur son blog. Aussi nous avons décidé avec mon avocat [qui n'a pas souhaité répondre aux questions du Figaro, NDLR] de permettre à ceux qui ne veulent plus attendre une annulation de leur inscription et donc un remboursement.» Emma* a accueilli cette possibilité avec soulagement. Cette jeune femme a participé il y a plus d'un an, «pour rire». «Mais ensuite, nous avons eu envie de déménager avec mon mari et l'idée de gagner nous a freiné pour d'autres projets. On se disait 'et si on achète autre chose et que finalement on gagne?'»

Natacha Baudier, elle, balaie les critiques et précise que l'opération ne vise pas à «s'enrichir». «Je voudrais tout mettre en oeuvre pour réussir mon projet et permettre à d'autres d'en faire autant», a-t-elle expliqué au Figaro. Pour faire écho à sa démarche, elle a notamment écrit une lettre ouverte à François Hollande. «Je reste persuadée que ce procédé permettrait un tant soit peu de relancer l'économie [...] En effet, pour certains, acquérir un bien à moindre coût alors que même les banques ne veulent leur prêter l'argent nécessaire pour cela. Pour d'autres, de vendre et de racheter une maison.» Le concept peine visiblement à convaincre.

*À la demande des personnes interrogées, les prénoms ont été modifiés.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant