Le japonais Sompo entre au capital de Scor avec près de 8%

le
0

TOKYO/PARIS (Reuters) - L'assureur japonais Sompo Japan Nipponkoa Holdings a annoncé vendredi son entrée au capital du réassureur français Scor après avoir acquis une participation de 7,8% au capital avec l'intention de monter jusqu'à 15%.

Sompo Japan indique avoir acheté cette participation auprès du groupe Patinex qui était jusqu'à maintenant le premier actionnaire de Scor.

Sur la base du cours de Bourse du groupe français, cette participation vaut environ 455 millions d'euros.

"Cette participation n'a aucune conséquence ni sur le développement stratégique de Scor (...) ni sur sa gouvernance et sa gestion", a réagi Scor dans un communiqué, précisant ne pas être impliqué dans la transaction.

En Bourse, l'action Scor gagne 2,08% à 30,40 euros vers 10h15 et renoue avec ses plus hauts niveaux d'octobre 2002.

Le titre gagne plus de 20% depuis le début de l'année et valorise désormais le groupe français à 5,8 milliards d'euros.

"Nous restons convaincus que les opérations de M&A vont se poursuivre dans la réassurance", commentent les analystes de RBC Capital Markets dans une note de recherche.

"Nous avons précédemment estimé Scor comme étant plus susceptible d'être un acquéreur d'activités et en particulier d'actifs ayant une exposition aux activités dommages aux Etats-Unis", poursuit l'intermédiaire qui considère Scor comme son "acteur préféré" parmi les réassureurs européens.

L'annonce fin janvier du rapprochement des deux réassureurs américains Axis Capital Holdings et PartnerRe a relancé le mouvement de consolidation dans un secteur de la réassurance confronté à une féroce concurrence et à une baisse des tarifs.

Très attendu par le marché sur le front des acquisitions, Scor a toutefois indiqué jeudi lors de la publication de ses résultats annuels qu'il n'envisageait pas de nouvelles opérations après les rachats Transamerica Re en 2012 et des activités de réassurance-vie de Generali aux Etats-Unis en 2013.

"Scor a la taille critique", a ainsi déclaré Denis Kessler, le PDG du réassureur français. "Nous n'avons pas besoin de faire d'opérations à l'heure actuelle."

(Taiga Uranaka à Tokyo, Matthieu Protard et Leigh Thomas à Paris, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant