Le Japon poursuivra ses réformes budgétaires

le
1
LE JAPON VA RESPECTER SES OBJECTIFS DE CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE
LE JAPON VA RESPECTER SES OBJECTIFS DE CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE

TOKYO (Reuters) - Le Japon va respecter ses objectifs de consolidation budgétaire pour résorber sa dette publique massive, a annoncé jeudi l'organe de supervision de la politique macroéconomique du gouvernement, en dépit des craintes de voir le Premier ministre Shinzo Abe revenir sur cette promesse.

Le précédent gouvernement dirigé par le Parti démocrate (PDJ) s'était fixé pour objectif de réduire de moitié son déficit primaire d'ici mars 2016 et de revenir à l'excédent d'ici mars 2021.

L'annonce du Conseil de la politique économique et budgétaire (CPEB), l'organe de planification économique japonais, intervient après que le Premier ministre Shinzo Abe s'est engagé mercredi à augmenter le revenu national par habitant de 3% par an, la "troisième flèche" de son programme pour stimuler la croissance.

Le CPEB a annoncé par ailleurs que le Japon envisageait toujours de diminuer son ratio dette sur PIB de manière stable, après avoir achevé son premier objectif de retour à l'équilibre.

La dette publique japonaise représente déjà à plus de deux fois la taille de son économie de 500.000 milliards de yens (3.845 milliards d'euros). Un recul du gouvernement sur ses objectifs de réforme budgétaire pourrait susciter une certaine nervosité sur le marché des obligations d'Etat.

Shinzo Abe, chef du gouvernement depuis décembre à la suite d'une très large victoire de son parti (PLD, Parti libéral démocrate), a lancé une nouvelle politique monétaire dite "Abenomics" destinée à sauver l'économie japonaise de la déflation et à construire une croissance durable.

Les marchés financiers ont accueilli avec enthousiasme la politique monétaire ultra-accommodante de la Banque du Japon (BoJ) et l'augmentation sensible des dépenses publiques annoncée en avril par le gouvernement.

Mais la stratégie de croissance durable, la "troisième flèche" du programme gouvernemental dévoilée mercredi pour stimuler la croissance, n'a pas convaincu les investisseurs, qui attendent d'avoir les détails sur la façon dont le Japon compte atteindre l'ensemble de ses objectifs ambitieux.

Le gouvernement Abe doit valider le 14 juin les grandes lignes de sa stratégie de croissance et de politique macro-économique, dont font partie les objectifs de réforme budgétaire.

L'indice Nikkei a perdu jeudi 110,85 points à 12.904,02 au terme d'une séance en dents de scie. Il affiche désormais un repli de près de 19% depuis son pic du 23 mai.

Linda Sieg et Tetsushi Kajimoto; Hélène Duvigneau pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • je.valle le jeudi 6 juin 2013 à 13:59

    Le jAPON NE POURRA